/entertainment/music
Navigation

Passage remarqué de La Compagnie Créole au ComediHa! Fest-Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le ComediHa! Fest-Québec pourra se targuer d’avoir réussi à faire rire... les oiseaux! Et cela grâce à la magie de La Compagnie Créole venue déployer son bal masqué au cours d’un rendez-vous drôlement festif, qui s’est révélé vraiment bon pour le moral!

Un courant d’air chaud venu des Antilles a soufflé sur le Village d’Youville au cours de cette première soirée frisquette de l’été. Le site en plein air s’est presque rempli pour ce spectacle gratuit qui ramenait ces enfants chéris et leur machine à succès.

L’exercice de séduction de la troupe antillaise qui évolue au Québec depuis 30 ans s’est élevé d’une bonne coche à la faveur d’une colorée et joyeuse performance de l’ensemble qui vieillit en beauté.

Un jardin

Dès les premiers rythmes des huit musiciens chanteurs, la fièvre de la danse s’est élevée avec la transformation des lieux «en un magnifique jardin ensoleillé», au dire même de la chanteuse Clémence Bringtown. Du haut de ses 70 ans, elle mène le bal avec un enthousiasme contagieux. Impossible de résister à l’envie de bouger, de balancer les bras et de danser d’abord sur les rythmes enflammés de «Vive Le Douanier Rousseau» et de l’entraînante «Colle Colle» aux accents de reggae.

Le bal masqué se poursuit sur l’air de «Paris Paris», qui fait résonner les percussions, tout comme «La Biguine Party», jusqu’à la très attendue «Ça fait rire les oiseaux», qui fait exploser le parterre.

Et voilà qu’un courant d’air froid traverse le site sur les airs de «Mardi gras» du... Carnaval de Québec. Un préambule à «C’est bon pour le moral», qui viendra résumer l’effet bienfaisant de ce rendez-vous drôlement chaleureux.

Double surprise

En ouverture de soirée, le public a pu retrouver deux jeunes routiers de l’humour à commencer par la colorée Cathleen Rouleau, qui continue de surprendre par son style irrévérencieux livré sans pudeur.

Son humour décapant déstabilise par sa façon de commenter la recherche obsessive de la beauté ou de la folie du bronzage «avant-voyage», ou encore le chocolat noir «pas mangeable», puis le souhait de «Bonne semaine» aperçu dans les serviettes sanitaires.

L’autre invité humoriste de la soirée était Mike Beaudoin, ce gars, qui roule sa bosse depuis 10ans avec plus de 1000 spectacles à son actif. Cet imposant bagage lui assure une belle présence en scène et un sens de l’à-propos aussi bien lorsqu’il parle des problèmes particuliers de sa fille que de ses folles rencontres en voyage, dont celle avec un paon.