/weekend
Navigation

Une histoire attendrissante

Une histoire attendrissante
Photo courtoisie, Théâtre de la dame de Coeur

Coup d'oeil sur cet article

C’est une toute nouvelle création que propose cet été le Théâtre de la Dame de Cœur. Grâce à la magie du théâtre, le spectacle Le Grand Bric-à-Brac, qui met de l’avant des marionnettes géantes, parvient à donner vie aux objets sur scène tout en racontant une histoire empreinte de sensibilité.

Poursuivant sa mission depuis plus de 40 ans de présenter des créations qui offrent des techniques multidisciplinaires entourant leurs marionnettes géantes, on souhaite, cette année encore, pousser l’innovation et combler l’imaginaire des spectateurs.

« On travaille depuis trois ans sur cette nouvelle création », lance le directeur général et artistique du Théâtre de la Dame de Cœur qui compte 80 productions théâtrales, dont Les Géants de l’Étang qui a fait salle comble lors des trois précédentes saisons estivales avec pas moins de 55 000 spectateurs. « Chaque année, on fait évoluer notre travail, tant au niveau de la technologie, de la scénographie que de la dramaturgie », ajoute-t-il.

Ainsi, l’équipe de création s’impose de nouveaux sommets à atteindre d’une création à l’autre afin de répondre aux attentes du public.

« C’est un spectacle très éclaté sur le plan visuel », souligne Richard Blackburn qui assure également la mise en scène du spectacle, Le Grand Bric-à-Brac.

Le destin des objets

Si pour la plupart des gens les objets n’ont pas d’âme, on verra que dans Le Grand Bric-à-Brac, il en sera tout autrement tandis que les objets prendront vie. Ce sont d’ailleurs eux qui constituent l’enjeu de l’intrigue. « On donne un caractère humain aux objets », annonce le metteur en scène. « Ici, ce sont des objets qui se retrouvent à la rue. » Ces objets ce sont notamment des lampes, des meubles, un casse-noisette, bref tout ce qui peut se retrouver habituellement dans une maison. « Les objets se questionnent à savoir ce qu’ils font dans la rue à la manière d’une vente de garage », révèle Richard Blackburn. « Ils comprennent également que les propriétaires ne vont pas revenir les chercher. »

On apprend que ces objets vont, à l’instar d’un miroir, renvoyer une image permettant, peu à peu, de comprendre qui était leur propriétaire.

Un couple mystérieux

Outre les objets, il sera question d’un couple qui fait partie de l’intrigue. Chose certaine, ces objets appartenaient à quelqu’un et on suppose qu’ils ont été laissés pour compte, mais pourquoi ? On va inévitablement se questionner à ce sujet. « Tout au long de la pièce, on tente de deviner ou de comprendre leur histoire et leur destin », confie le créateur.

De plus, les objets qui sont dotés d’un cinquième sens, comprennent que s’ils n’ont pas trouvé preneur à la fin de la journée, ils seront détruits, une triste fin pour eux. Devant ce terrible constat, on voudra faire preuve d’ingéniosité pour échapper à ce destin. Parmi les personnages, on retrouve également les acheteurs potentiels.

« C’est un spectacle avec beaucoup d’émotions », estime le directeur artistique. L’histoire qui compte de nombreux rebondissements est des plus attendrissantes pour les spectateurs en raison du destin de ce fameux couple et des objets qui leurs ont appartenu.

Le Grand Bric-à-Brac

Direction artistique et mise en scène: Richard Blackburn

En supplémentaires jusqu’au 24 août

Au Théâtre de la Dame de Cœur à Upton (Montérégie)

Les représentations ont lieu, beau temps, mauvais temps.