/news/currentevents
Navigation

Femme brulée vive: les collègues du suspect abasourdis

Coup d'oeil sur cet article

 Les chauffeurs de Taxi Coop Québec sont surpris et indignés après avoir appris que l’homme suspecté d’avoir mis le feu à son ex-épouse est un collègue.  

 La coopérative de taxis a reconnu que Frej Haj-Messaoud était chauffeur de taxi pour l’un de ses membres. Elle a cependant tenu à préciser que l’accusé n’était pas à proprement parler un membre de son organisation, étant en fait l’employé d’un titulaire de permis. 

 Sans surprise, Haj-Messaoud a été suspendu sur-le-champ par Taxi Coop à la lumière des gestes qui lui sont reprochés devant la justice. S’il devait être condamné, cela «signifierait l’exclusion», a ajouté le directeur général du regroupement de chauffeurs, Martin Noël. 

 Au Québec, les chauffeurs de taxi sont tenus d’avoir un dossier criminel vierge pour les cinq dernières années.  

 «Lâche» 

 Près du siège social de la coopérative, dans le quartier Limoilou, certains chauffeurs ne mâchaient pas leurs mots au sujet de leur ex-confrère soupçonné de tentative de meurtre. 

 «Ça n’a pas sa place», a mentionné l’un d’eux, qualifiant les faits reprochés à l’homme «d’extrêmement lâches». «Je suis resté surpris», a avoué un autre. 

 Un chauffeur de taxi depuis une vingtaine d’années à Québec, Zaim Japic, a de son côté voulu se porter à la défense de son industrie, parlant d’un crime incompréhensible. 

 «Les chauffeurs de taxi sont du très bon monde. Tout le monde est gentil avec les clients. Je ne croyais pas qu’un homme pourrait faire ça. Je trouve ça incroyable», a dit l’homme de 70 ans. 

 «Terrible» 

 De son côté, dans un communiqué, le directeur général de Taxi Coop Québec a qualifié de «terrible» le drame qui afflige la victime et son entourage. 

 «Nous souhaitons tout d’abord transmettre nos pensées et offrir tout notre soutien aux personnes affectées», a déclaré Martin Noël, en offrant aussi la collaboration de la coopérative aux services policiers. 

 «Nous souhaitons enfin rappeler nos règles strictes en matière de discipline et de sécurité, en particulier de la clientèle, ainsi que le soutien que nous offrons à tout membre ou chauffeur qui pourrait vivre des difficultés professionnelles ou personnelles», a conclu le patron de Taxi Coop Québec.

ÉCOUTEZ l'entrevue de Jean-Francois Brochu, analyste judiciaire et policier à la retraite à la Sûreté du Québec, sur QUB radio: