/sports/baseball/capitales
Navigation

Miles Wolff : le grand-père des Capitales

Miles Wolff : le grand-père des Capitales
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Sans l’apport inestimable de l’ancien fondateur et propriétaire, Miles Wolff, les Capitales n’auraient pas vu le jour en 1999, pour ainsi faire renaître le baseball professionnel à Québec.

Fondateur et propriétaire des Capitales de 1999 à 2010, M. Wolff a cru au projet initié par deux résidents de Québec et passionné de baseball, Jean-François Côté et André Lachance. Les balbutiements ont débuté lors du printemps de 1995 lorsqu’un appel a été effectué au bureau du légendaire magazine, «Baseball America».

«On a téléphoné au bureau du magazine, et on a demandé à parler avec l’éditeur en chef, qui se retrouvait à être M. Wolff. On voulait lui demander des conseils pour notre projet d’équipe de baseball. Il était déjà commissaire de la ligue Northern, et il connaissait parfaitement le monde du baseball», a raconté Jean-François Côté, l’un des fondateurs des Capitales.

«Finalement, au fil de la discussion, nous avons senti une certaine forme d’intérêt de sa part de s’impliquer dans notre plan de ramener une équipe de baseball professionnel à Québec.»

Visionnaire

Miles Wolff avait l’intention d’établir une concession à Québec, qui ferait partie de la division Est de la ligue Northern. C’est finalement en juillet 1998 que le projet prend vie.

«Sans l’apport incontesté de M. Wolff, les Capitales n’existeraient pas. Il a été le premier à croire au projet, mettre de l’argent de ses poches, mais aussi s’investir dans l’organisation. Avec ses contacts dans le monde du baseball, il a pu recruter un entraîneur respecté, en Jay Ward, pour lancer la concession. Ça nous a permis de recruter des joueurs de haut niveau dès le jour 1», a dit M. Côté.

M. Wolff a également eu l’idée de demander à deux joueurs québécois de se joindre aux Capitales. Ces deux joueurs étaient Michel Laplante et Stéphane Dionne, qui évoluaient pour une des équipes de M. Wolff à Madison, au Wisconsin.

«J’ai souvent tendance à dire que moi et André (Lachance), avons été ceux qui ont fait les premiers pas. Michel (Laplante) a été l’enfant prodige, devenu le bon père de famille et M. Wolff, depuis toujours, c’est l’âme et l’esprit des Capitales», a conclu M. Côté, l’un des fondateurs de l’équipe.