/news/provincial
Navigation

Voici 10 illustrations montrant la Ville de Québec en 1831

Coup d'oeil sur cet article

Louise Anne Whitworth-Aylmer est l’épouse de Matthew Whitworth Aylmer, gouverneur général du Canada de 1831 à 1835. Son journal, intitulé Recollections of Canada, est précieusement conservé à BAnQ Québec. Vous pouvez le visionner ici dans son intégralité.

Dans son journal, Lady Aylmer nous fait part de ses sentiments, ainsi que de ceux de son mari, concernant les Canadiens français. Il contient des lettres et des notes écrites quotidiennement, mais aussi plusieurs magnifiques illustrations de Québec réalisées par des dessinateurs et aquarellistes renommés de l’époque, comme le colonel James Pattison Cockburn et John Grant. 

Les illustrations de James Pattison Cockburn contenues dans ce journal ont une valeur documentaire exceptionnelle. Elles illustrent un moment précis dans l’histoire de l’évolution de la ville il y a près de 200 ans.

1) Le château Saint-Louis

Le château Saint-Louis, 1831?. BAnQ Québec (P363, P1). Auteur non identifié.
Le château Saint-Louis, 1831?. BAnQ Québec (P363, P1). Auteur non identifié.

Tout ce qu’il reste du château Saint-Louis, ce sont des ruines qui sommeillent sous la terrasse Dufferin. 

Du haut de la falaise, de 1620 à 1834, cet édifice de prestige domine la ville basse de Québec. Reconnu depuis 2001 comme un lieu d’importance historique national, le fort Saint-Louis, nommé en l’honneur du roi Louis XIII, est construit par Samuel de Champlain. En 1646, il devient la résidence officielle du gouverneur de la Nouvelle-France. Il s’agit donc de la résidence de Lady Aylmer en 1831.

Le célèbre comte de Frontenac fait reconstruire le fort et le château entre 1692 et 1700. Restauré après la Conquête anglaise, ce dernier est malheureusement détruit par un incendie le 24 janvier 1834.

2) L’habitant 

Habitant, 1831?. BAnQ Québec (P363, P2). Auteur non identifié.
Habitant, 1831?. BAnQ Québec (P363, P2). Auteur non identifié.

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le terme «habitant» est utilisé pour désigner les agriculteurs. Graduellement, il est remplacé par celui de cultivateur.

En 1831, lors du recensement, on dénombre la population du Bas-Canada à 553 134 individus, dont 25 000 à Québec et 27 000 à Montréal. C’est donc 90% de la population qui est rurale et qui vit surtout de l’agriculture. 

3) Vue sur la rue Dauphine et l’église de la Congrégation 

From des Remparts, 1831? . BAnQ Québec (P363, P7). Auteur : James Pattison Cockburn.
From des Remparts, 1831? . BAnQ Québec (P363, P7). Auteur : James Pattison Cockburn.

Depuis les remparts, à gauche, on peut voir l’église de la Congrégation sise à l’intersection des rues d’Auteuil et Dauphine. Elle est construite en 1818 selon les plans de l’architecte François Baillargé. La façade palladienne est modifiée en 1930 par un ajout qui subsiste encore aujourd’hui. À droite, on distingue un terrain boisé fermé par une clôture. Ce dernier se trouve sur le domaine du juge Jean-Antoine Panet dont le domicile donne sur la rue Sainte-Ursule.

4) Le cap Diamant 

Québec, 1831?. BAnQ Québec (P363, P10). Auteur : James Pattison Cockburn.
Québec, 1831?. BAnQ Québec (P363, P10). Auteur : James Pattison Cockburn.

Du haut du cap Diamant, la citadelle domine le paysage en contrebas. La falaise est nommée de cette façon, car Jacques Cartier croyait y avoir trouvé des diamants. Mais cela s’est avéré n’être que du quartz.

Le cap et son plateau constituent un point stratégique puisque le fleuve Saint-Laurent se rétrécit à cet endroit et crée un goulot d’étranglement maritime. En raison de ce fait naturel, les Français y construisent un complexe militaire dès la fin du XVIIe siècle.

Sur la rive apparente, se détache le profil continu des quais et des bâtiments de la basse-ville. Et sur le fleuve Saint-Laurent, on aperçoit notamment les mâts des navires transatlantiques.

5) L’École nationale vue des remparts

National School, 1831?. BAnQ Québec (P363, P14). Auteur: James Pattison Cockburn.
National School, 1831?. BAnQ Québec (P363, P14). Auteur: James Pattison Cockburn.

Non loin de la porte Saint-Jean, sur les hauteurs de la promenade des remparts, on contemple la rue d’Auteuil. Au-delà de la chapelle de la Congrégation des hommes de Notre-Dame et de l’Esplanade, on distingue au loin la maison Sewell, construite en 1804, et située encore aujourd’hui au 87, rue Saint-Louis.

À l’avant-plan se trouve l’édifice de l’École nationale. D’une grande valeur patrimoniale, c’est le premier bâtiment de style néo-gothique édifié au Bas-Canada. Son grand intérêt réside également dans sa valeur historique. Pendant environ un siècle et demi, cet immeuble a hébergé des organismes voués à l'éducation.

6) Le monument de Wolfe et Montcalm

Wolfe’s Monument, 1831?. BAnQ Québec (P363, P20). Auteur : James Pattison Cockburn.
Wolfe’s Monument, 1831?. BAnQ Québec (P363, P20). Auteur : James Pattison Cockburn.

Dans les années 1830, lors d’une promenade dans le jardin du gouverneur, les visiteurs peuvent y contempler, comme aujourd’hui, le majestueux fleuve Saint-Laurent. À travers les arbres, on remarque également la présence du premier monument commémoratif de la Ville de Québec. Constitué d’un obélisque en pierre de taille qui s’élève à 20 mètres de hauteur, le monument est dédié en 1827 à la mémoire des généraux Wolfe et Montcalm. 

7) La rue Sous-le-Fort

Rue sous-le-fort, 1831?. BAnQ Québec (P363, P21). Auteur : James Pattison Cockburn.
Rue sous-le-fort, 1831?. BAnQ Québec (P363, P21). Auteur : James Pattison Cockburn.

Considérée comme l’une des plus vieilles rues de Québec, la rue Sous-le-Fort est tracée dans les années 1630. 

À l’autre extrémité de la rue, sous le château Saint-Louis, on distingue la maison de l’explorateur Louis Jolliet construite en 1683. Ce bâtiment est modifié en 1879 pour recevoir un appareil de levage qui fait la navette entre la haute-ville et la basse-ville.

À droite, à l’avant-plan, se trouve la ruelle qui nous amène le long du flanc sud-est de l’église Notre-Dame-des-Victoires et qui conduit à la place du marché de la basse-ville, aujourd’hui la place Royale.

8) Le village de Lorette

Lorette, 1831?. BAnQ Québec (P363, P22). Auteur : James Pattison Cockburn.
Lorette, 1831?. BAnQ Québec (P363, P22). Auteur : James Pattison Cockburn.

En 1673, le père jésuite Pierre-Joseph-Marie Chaumonot fonde la mission de Notre-Dame-de-Lorette pour accueillir les Hurons. Plusieurs années plus tard, en 1697, ces derniers la quittent pour s'installer un peu plus au nord, dans un endroit qui prendra le nom de Jeune-Lorette, aujourd'hui Wendake. C’est alors que Notre-Dame-de-Lorette reçoit l’appellation de L’Ancienne-Lorette.

L'église que l’on aperçoit est celle de Notre-Dame-de-Lorette. Elle est liée à l’histoire de la nation huronne-wendate. Érigée vers 1730, elle est détruite par les flammes en 1862 et reconstruite selon le même modèle architectural en 1865.

9) Le parlement vu du château Saint-Louis

From the Château, 1831?. BAnQ Québec (P363, P42). Auteur : James Pattison Cockburn.
From the Château, 1831?. BAnQ Québec (P363, P42). Auteur : James Pattison Cockburn.

À partir du parapet des fortifications, à proximité du château Saint-Louis, un homme observe le paysage.À l’horizon, on discerne Beauport et les navires qui circulent sur le fleuve Saint-Laurent. Sous les murs fortifiés se détache une rangée de toits et de cheminées qui bordent la côte de la Montagne. 

À gauche, derrière le mur de pierre, s’étendent les jardins du Séminaire de Québec. Droit devant, dans ce qui est aujourd’hui le parc Montmorency, s’élève l’ancienne résidence de l’évêque, le palais épiscopal, dont la construction commence en 1694 et qui est détruit partiellement en 1759. De 1792 à 1833, le bâtiment est réutilisé comme premier parlement du Bas-Canada. 

10) Québec vu de Pointe-Lévis

From Pt. Levy, 1831? . BAnQ Québec (P363, P43). Auteur : James Pattison Cockburn.
From Pt. Levy, 1831? . BAnQ Québec (P363, P43). Auteur : James Pattison Cockburn.

Au centre de l’image, on discerne un militaire avec un cahier de croquis à la main, tandis qu’un autre, debout à côté de lui, regarde le paysage. Ils se trouvent tous les deux sur les hauteurs de Lévis, qui est l’un des premiers endroits colonisés sur la rive sud du Saint-Laurent en face de Québec. 

Un texte par Catherine Lavoie

Vous pouvez consulter la page Facebook de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) en cliquant ici et son site Web en vous rendant ici.

Vous pouvez également lire nos textes produits par la Société historique de Québec en cliquant ici.

Sources :