/news/politics
Navigation

Des échanges presque enfantins entre Trudeau et Trump

Trump hosts Trudeau to discuss trade, China�s detention of two Canadians
AFP

Coup d'oeil sur cet article

 On se serait attendu à plus de sérieux de la part de deux dirigeants de pays importants.

Pourtant, Donald Trump et Justin Trudeau se sont lancés dans des échanges presque enfantins dans des missives, dont le site américain Axios a été informé.

Des coupures de presse marquées à grands traits au feutre, des captures d’écran de sites gouvernementaux, agrémentés d’un bonhomme sourire, le ton et le contenu de ces missives en a surpris plus d’un.

Au moins trois d’entre elles ont rompu le cadre strict et conventionnel des échanges diplomatiques entre les deux pays voisins, selon ce qu’a appris Axios.

Début mai 2017, la Maison-Blanche a envoyé à l’ambassade canadienne de Washington la page une déchirée du magazine financier Bloomberg Businessweek qui faisait le portrait de Justin Trudeau, en le nommant «l’anti Trump», en raison de son style politique.

Sur cette couverture, Donald Trump aurait écrit au feutre argenté: «Ç’a l'air bien! J’espère que ce n’est pas vrai !», selon plusieurs sources de Axios, qui n’a pas pu obtenir copie des missives.

À la réception, l’ambassade canadienne a cru qu’il s’agissait d’une blague et a dû faire confirmer le sérieux de la lettre auprès de la Maison-Blanche.

Bonhomme sourire

En décembre 2017, le président américain dégaine à nouveau son feutre. Après un rassemblement à Pensacola, en Floride, où il a faussement indiqué que la balance commerciale entre les États-Unis et le Canada était négative, Donald Trump aurait envoyé à Justin Trudeau un document marqué au feutre avec l’inscription : «Pas bon !!».

Ce document montrait en fait le déficit commercial sur les biens, omettant le large surplus sur les services, qui, combinés, donnent une balance positive aux États-Unis.

La semaine de Noël, Justin Trudeau aurait répliqué à cette lettre avec un message qui comportait un bonhomme sourire.

«Cher Donald, aurait écrit le premier ministre. Ça a été une année occupée ! Profite des vacances de Noël, tu le mérites.»

Avant d’ajouter: «Une chose. Tu as fait un excellent discours à Pensacola, mais tu étais un légèrement à côté de la plaque sur la balance commerciale avec le Canada. [...] Mes meilleurs vœux pour 2018, Justin.»

Justin Trudeau a alors joint une impression du site du United States Trade Representative (USTR), concernant les informations économiques du Canada.

Le premier ministre aurait ainsi souligné le passage indiquant que la balance était positive, de 12,5 milliards $. Le chiffre était agrémenté d’un bonhomme sourire.

Le gouvernement canadien n’a pas voulu confirmer ces échanges, selon le site Axios. «Nous n'allons pas dire ce qui a été échangé entre nos deux pays. Il y avait beaucoup de va-et-vient. Cela dit, il est certainement vrai qu'il y a eu des désaccords entre nos deux pays au sujet de chiffres, et nous avons souvent repris les chiffres USTR. (Concernant la couverture de Bloomberg), pas de commentaires, mais nous ne le nions pas.»