/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Guy Laliberté fait Boum Boum

Guy Laliberté, DJ
Photo tirée du compte Souncloud de Guy Laliberté

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir lu ma chronique au sujet de l’île de Guy Laliberté, un lecteur, Alain Boisvert, m’a écrit : « Si j’étais moi aussi milliardaire, serais-je aussi fou et déconnecté de la réalité ? ». En effet, la question se pose.

Plus je lis sur Nukutepipi, plus je me demande si Guy Laliberté vit sur la même planète que nous.

TROP C’EST TROP

Un autre lecteur, Jean-François Couture, m’a écrit que Laliberté lui faisait penser au livre L’Ère de l’opulence, de l’économiste canadien John Kenneth Galbraith, publié en 1958. « En voyant Laliberté, Galbraith, s’il était encore de ce monde, aurait probablement nommé son livre The Over Affluent Society, La société de la surabondance ».

Quand je regarde Nukutepipi, je vois une démesure de luxe.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Dans une entrevue à Tahiti Infos, Laliberté présente au contraire son île privée comme une œuvre d’art.

« Mon idée à Nukutepipi, c’est d’avoir trouvé un lieu magique dans le monde et d’y avoir fait une création, au même titre que les spectacles que j’ai pu faire avec le Cirque du Soleil. Je suis un créateur et nécessairement j’ai été inspiré lorsque j’ai mis les pieds ici pour la première fois ».

Mais attention, l’île privée n’est pas juste une œuvre. « C’est aussi un outil de travail, a déclaré Laliberté aux médias locaux. Il y a des gens qui font des affaires en jouant au golf. Moi, je pense qu’ici, on peut se faire de vraies séances de travail d’affaires, de bonnes séances de création ».

Quand j’entends Guy Laliberté parler d’utilisation « corporative », je m’inquiète. Il s’est battu avec le fisc, car il voulait que son voyage dans l’espace soit considéré comme une dépense de « marketing ou de promotion ».

Vendredi, Radio-Canada rapportait que des résidents du Vieux-Port de Montréal se plaignent du bruit des pyramides de Guy Laliberté, transformées en discothèque les vendredis et samedis.

« Ça fait “boum, boum, boum” jusqu’à 3 h du matin. La dernière heure, bien souvent, ils augmentent le son. On est obligé de prendre des médicaments, sinon on ne dort pas ».

Or, qui était DJ aux pyramides en juin ? Guy Laliberté. Oui, il est DJ dans ses temps libres. Il fait des « sets » à Ibiza, Los Angeles ou pendant la F1 à Montréal. Il a même sa page SoundCloud.

À Nukutepipi, il a fait installer un système de son... de 100 000 watts !

Il a d’ailleurs expliqué aux médias locaux qu’alors que tout le système électrique de l’île est basé sur des panneaux solaires, il a fait une concession « non écologique » pour son « système de sono », car « quand on met le son à fond, cela nécessite de générer une puissance supérieure en électricité ».

C’est pas beau ça ? Tu as beau aimer l’environnement, quand tu veux que ça fasse boum boum, fais-toi installer un système de 100 000 watts au bord du Pacifique, et au diable la surconsommation d’électricité !

LES PETITS PLAISIRS DE GUY

Laliberté a déclaré à l’AFP au sujet de la location de son île sur Airbnb : « J’aime bien penser que partager les trésors, ça fait partie des plaisirs de la vie ».

Quand tu « partages tes trésors » à 190 000 $ la nuit, est-ce vraiment un geste d’altruisme ?