/sports/baseball
Navigation

Claude Raymond: toujours sur le terrain à 82 ans

Claude Raymond: toujours sur le terrain à 82 ans
Le Journal de Montreal

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL |  Le 19 août 1969, face aux Padres de San Diego, Claude Raymond participait à un premier match dans l’uniforme des Expos au parc Jarry. Sur le tableau indicateur, on pouvait y lire: «Bienvenue dans ton parc et longue vie avec les Expos».

Cinquante ans plus tard, à une journée près, M. Raymond, 82 ans, prendra part au même endroit à une partie de balle-molle mettant en vedette des anciens Expos.

Le match de ce dimanche 18 août au parc Jarry sera l’arrêt final d’une tournée de quatre jours organisée par Expos Fest au cours de laquelle l’ancien lanceur compte bien retrouver son coeur d’enfant.

«À chaque fois que tu es sur un terrain de balle, tu es comme un petit gars, a-t-il indiqué lors d’un entretien téléphonique en marge de ces matchs prévus à compter de jeudi à Québec, Granby, Gatineau et Montréal. Mais même à 82 ans, tu ne veux jamais être le pire joueur sur le terrain.»

Au-delà de ses performances individuelles, celui qui a aussi été instructeur pour les Expos au début des années 2000 est surtout heureux de pouvoir partager ces moments avec d’autres joueurs qu’il a côtoyés, dont Brad Wilkerson. Le Québécois Denis Boucher sera également du voyage, tout comme Bill Lee, David Segui et Curtis Pride, entre autres.

De précieux souvenirs

S’il a bien hâte de croiser les amateurs lors de chacun de ces matchs, M. Raymond aura l’occasion de se remémorer de précieux souvenirs, notamment au cours de la joute prévue à Montréal.

Ayant joué au parc Jarry dès son adolescence pour l’équipe de Villeray, Claude Raymond portait par ailleurs les couleurs des Braves d’Atlanta durant le premier match du baseball majeur qu’il a disputé à cet endroit.

«C’était le 16 mai 1969 et j’avais lancé deux manches, se souvient-il, à propos de la victoire de 7 à 5 des Braves contre les Expos. C’était très, très spécial. J’étais pas mal nerveux en arrivant au monticule en 11e manche. Le petit gars de Saint-Jean-sur-Richelieu arrivait contre les Expos dans l’uniforme des Braves et avait eu droit à une ovation extraordinaire.»

Son coéquipier Tito Francona, qui était venu le calmer au monticule, avait joué les héros lors de ce match en frappant un circuit de deux points en début de 12e manche. Le Québécois avait ensuite fermé la porte pour être crédité de la victoire, retirant Mack Jones sur un ballon à l’arrêt-court pour conclure le match.

«Jusqu’à ce qu’il meure l’an dernier, on s’appelait à nos anniversaires», a noté M. Raymond, à propos du respect mutuel existant entre lui et Francona.

Dans l’uniforme des Expos

Claude Raymond a aussi connu de beaux moments comme joueur des Expos au parc Jarry, à la fin de la saison 1969, mais aussi en 1970 et 1971.

«Je ne sais pas si j’étais vraiment dans les plans du gérant Gene Mauch quand je suis arrivé en 1969, mais la saison 1970 aura été mon année la plus satisfaisante au cours de ma carrière», a suggéré le lanceur québécois qui avait totalisé 23 sauvetages pendant cette campagne.

«Avant les matchs au parc Jarry, j’étais souvent avec Carl Morton et on signait des autographes aux spectateurs jusqu’aux hymnes nationaux, se rappelle M. Raymond. L’ambiance était extraordinaire. Le monde dansait dans les estrades, les gens chantaient, il y avait le lanceur de "peanuts" et l’organiste Fernand Lapierre.»

En 2019, en continuant de mettre les pieds sur le terrain à 82 ans, Claude Raymond bâtira cette semaine de nouveaux souvenirs pour lui-même, mais aussi pour plusieurs amateurs de baseball d’un peu partout au Québec.