/finance/business
Navigation

Le conseil de Transat a-t-il joué son rôle?

Air Canada a finalement écouté Letko Brosseau

Raymond Bachand est membre du CA de Transat depuis 2014.
Photo d’archives, Stevens Leblanc Raymond Bachand est membre du CA de Transat depuis 2014.

Coup d'oeil sur cet article

La décision soudaine d’Air Canada d’augmenter de 200 M$ son offre pour Transat soulève des questions à l’égard du conseil d’administration du voyagiste.

« Le conseil a des comptes à rendre. Il a à expliquer aux actionnaires pourquoi il a agressivement tenté de leur faire accepter une offre à 13 $ l’action », a lancé hier Vincent Chiara, PDG du Groupe Mach, qui proposait d’acheter jusqu’à 19,9 % de Transat­­­ à 14 $ l’action.

Cette offre est devenue caduque dimanche soir, alors qu’Air Canada a fait passer son offre de 13 $ à 18 $ à la suite de négociations tenues avec le plus important actionnaire de Transat, Letko Brosseau, qui détient près de 20 % de l’entreprise.

« Prix raisonnable »

« C’est un prix raisonnable. Air Canada a finalement été sensible à nos critiques », a confié hier au Journal l’un des fondateurs de la firme d’investissement, Peter Letko. Letko Brosseau a commencé à accumuler des actions de Transat en 2009, année à la fin de laquelle le titre dépassait les 21 $.

Yvan Allaire, président exécutif du conseil de l’Institut sur la gouvernance, se demande pourquoi le conseil de Transat n’a pas demandé à Air Canada d’obtenir l’appui de Letko Brosseau avant d’accepter son offre à 13 $.

« C’est certain que la relation entre le conseil de Transat et ses gros actionnaires est pour le moins intrigante », affirme-t-il.

Raymond Bachand, administrateur en chef de Transat, n’a pas rappelé Le Journal hier.

Christophe Hennebelle, porte-parole de Transat, a confirmé hier qu’avant de conclure un accord avec Air Canada, en juin, le CA du voyagiste n’a pas eu de pourparlers sérieux avec Letko Brosseau, hormis les discussions habituelles que les entreprises cotées en Bourse tiennent régulièrement avec leurs grands actionnaires.

« L’offre à 13 $, c’était celle qui était sur la table, a dit M. Hennebelle. Ensuite, il y a eu des discussions avec Letko Brosseau. »

Pourquoi pas avant ? « Une vente d’entreprise, c’est une négociation, a-t-il répondu. Vous ne pouvez pas décider le prix qui vous plairait. Vous ne pouvez qu’accepter ou pas le prix proposé par l’autre partie. »

Dans un document déposé auprès des autorités réglementaires, Transat soutient que des « négociations supplémentaires [...] auraient pu faire en sorte qu’Air Canada retire sa proposition ».

Les membres du comité chargé de la vente de Transat

Jean-Yves Leblanc, ancien chef de l’exploitation de Bombardier Transport

Raymond Bachand, ancien ministre des Finances du Québec

Jacques Simoneau, ancien v.-p. de la BDC

Philippe Sureau, cofondateur de Transat

W. Brian Edwards, fondateur de BCE Emergis