/world/usa
Navigation

Les Américains ont une opinion plus négative qu’avant de la Chine

Les Américains ont une opinion plus négative qu’avant de la Chine
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les Américains n’ont jamais eu une opinion aussi négative de la Chine depuis au moins une quinzaine d’années, au moment où Donald Trump est engagé dans un bras de fer avec Pékin sur plusieurs fronts, notamment commercial, selon une étude du Pew Research Center publiée mardi. 

Selon ce sondage, 60% des personnes interrogées aux États-Unis ont une opinion « défavorable » de la Chine, contre seulement 47% en 2018. C’est, de loin, le niveau le plus élevé depuis que ce centre de recherche américain a commencé à poser cette question, en 2005. 

La tendance est encore plus marquée chez les sympathisants républicains que chez les démocrates. 

Les Américains sont aussi de plus en plus nombreux à se méfier de la Chine: 24% d’entre eux, soit le double qu’en 2007, placent le pays parmi ceux qui représentent « la plus grande menace pour les États-Unis à l’avenir », à égalité avec la Russie loin devant tous les autres États -- la Corée du Nord est troisième à 12% de sondés. 

Les opinions sont majoritairement négatives au sujet de l’état actuel des relations économiques entre Washington et Pékin (53%), sur la gestion politique du président chinois Xi Jinping (50% de méfiants contre 37% de confiants) et sur la puissance militaire croissante du pays (81% estiment que c’est une « mauvaise chose » pour les États-Unis). 

Pour autant, les personnes interrogées sont plus nombreuses à penser que la croissance économique chinoise est, au contraire, une « bonne chose » pour l’Amérique (50% contre 41% qui pensent l’inversent). 

Le sondage a été réalisé du 13 mai au 18 juin auprès de 1503 adultes américains. 

Depuis, les négociations commerciales entre les deux pays adversaires se sont encore dégradées, sur fond de guerre des taxes douanières. Elles doivent reprendre en septembre mais les négociateurs se sont parlé mardi par téléphone.  

La diplomatie américaine est aussi engagée dans une contre-offensive pour faire face à ce qu’elle considère être l’influence croissante de Pékin dans la région indo-pacifique, mais aussi en Amérique latine et en Afrique.