/news/transports
Navigation

Travaux sur le pont de l'île-d'Orléans: une ambulance pour répondre aux urgences médicales

Travaux sur le pont de l'île-d'Orléans: une ambulance pour répondre aux urgences médicales
Photo d'archives Daniel Mallard

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère des Transports prévoit débourser un maximum de 36 000 $ pour s’assurer que les ambulances peuvent répondre dans les meilleurs délais aux urgences médicales sur l’île d’Orléans pendant la réfection de l’unique lien routier avec celle-ci.

Le MTQ a annoncé récemment avoir conclu un contrat de gré à gré avec la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ) au sujet des soins préhospitaliers d’urgence pendant les travaux d’entretien du pont et les interventions de stabilisation des berges dans ce secteur.

Concrètement, l’entente entre le MTQ et la CTAQ prévoit que, pour des raisons de sécurité, une ambulance est dépêchée sur l’île d’Orléans systématiquement lorsque la circulation est faite en alternance sur le pont, soit sur une seule voie, de jour, la semaine.

Pas dans le trafic

Cette entrave est normalement en vigueur entre 9 h et 15 h. L’ambulance sera ainsi prête à intervenir en cas d’urgence médicale sur l’île. Le cas échéant, les ambulanciers peuvent communiquer par radio aux signaleurs du MTQ, qui leur facilitent le passage au moment opportun.

Ainsi, l’ambulance est épargnée d’une éventuelle congestion routière.

«Cette mesure d’atténuation permet aux ambulanciers d’emprunter rapidement le pont pour se rendre au centre hospitalier le plus près et ainsi maintenir la qualité des soins préhospitaliers d’urgence offerts actuellement aux résidents et visiteurs de l’île d’Orléans», précise Mila Roy, porte-parole du MTQ.

Ces mesures ne sont pas jugées nécessaires le soir et la nuit, puisque la circulation est plus faible.

Le ministère précise qu’il s’est «engagé à payer le prestataire de services conformément à la méthode à taux horaire, selon les services et livrables rendus » et que « le montant de 36 000 $ affiché au contrat est ainsi la somme maximale admissible».

Moins d’entraves

En collaboration avec le surveillant des travaux, le MTQ a établi un calendrier des besoins. Celui-ci est maintenu à jour pendant la durée des travaux.

Les principales interventions de stabilisation des berges étant terminées, la fréquence des journées où la circulation se fait en alternance la semaine est maintenant plus faible.

Jusqu’à la fin du mois de septembre, ce type d’entrave ne survient plus que deux jours par semaine, entre 9 h et 15 h. Les travaux de nuit se poursuivent jusqu’à la fin du mois d’octobre.

Au début juin, le MTQ avait renoncé aux travaux la fin de semaine ou pendant les heures de pointe devant l’insistance des commerçants et des résidents insulaires, préoccupés par la saison touristique, mais aussi parce que le chantier progressait plus rapidement que prévu.