/misc
Navigation

Le fruit est mûr à McGill

GEN-
Photo Agence QMI, Steve Madden Le plaqueur Andrew Seinet-Spaulding sera la pierre angulaire de la ligne défensive de McGill.

Coup d'oeil sur cet article

RIGAUD | Si le mot jeunesse rimait systématiquement avec McGill au cours des dernières années, la situation est maintenant fort différente.

« Nous ne sommes plus une jeune équipe, mentionne l’entraîneur-chef Ronald Hilaire d’entrée de jeu, lui qui compte un effectif de 91 joueurs, dont une trentaine de recrues. Pour le moment, l’objectif est de battre Concordia le 30 août lors de notre premier match. Ça ne se fera pas du jour au lendemain, mais on a la chance d’accomplir quelque chose de spécial si on travaille bien. On veut atteindre des buts que personne nous croit capables d’atteindre. Notre classe de recrutement de 2016 est à maturité et je suis convaincu qu’ils vont nous en montrer encore plus. Comme groupe de coachs avec une équipe de vétérans, nous avons la responsabilité d’être plus à notre affaire et d’être plus exigeants encore, afin d’offrir la meilleure expérience à nos gars. Il y a une bonne chimie au sein du personnel. »

Éloges

Membre de cette cuvée de 2016, la meilleure dans l’histoire récente de McGill, Jean-Philippe Hudon est confiant à l’aube de sa 4e campagne. « J’ose croire que nous sommes maintenant une équipe qui peut rivaliser avec tout le monde, a mentionné le maraudeur. Dans notre groupe de 2016, nous avons connu les années difficiles et l’on pousse tous dans la même direction. Nous avons un bon groupe de vétérans et les recrues adhèrent à ce qu’on fait et voient que nous allons dans la bonne direction. »

Le plaqueur étoile Andrew Seinet-Spaulding abonde dans le même sens. « Il y a une bonne chimie et nous avons pris de la maturité, a mentionné le produit des Spartiates du Vieux Montréal. Je ne veux pas parler d’objectifs. On s’occupe de nous et de notre destinée, et non pas des autres. »

Hilaire est élogieux à l’égard de son plaqueur. « Il y a de très bons joueurs de ligne dans le circuit, mais il devrait être le meilleur du RSEQ cette année avec les départs de Mathieu Betts et de Vincent Desjardins que j’ai dirigés avec l’équipe du Québec, a-t-il affirmé. Andrew est dans la même catégorie et il n’a rien à leur envier. »

Seinet-Spaulding apprécie le commentaire de son coach, mais il n’a pas l’intention de s’asseoir sur ses lauriers. « C’est un beau compliment, mais je veux être meilleur chaque année, a-t-il indiqué. On n’est jamais arrivés et je dois continuer de travailler. Mon but est de jouer chez les professionnels, soit dans la LCF ou la NFL. C’est mon objectif depuis que je suis petit. »

Noyau solide

Absent du Défi Est-Ouest en mai dernier à Carleton, Seinet-Spaulding assure qu’il est en parfaite santé pour commencer ce qui sera fort probablement sa dernière saison universitaire. Il sera admissible au prochain repêchage de la LCF.

Parmi les autres vétérans à surveiller, on retrouve entre autres les demis défensifs Benjamin Carré et Vincent Dethier, les receveurs Jeremy Sauvageau et Joël Soucy, ainsi que le secondeur Antoine Mongeau. « Nous étions environ 30 dans cette classe de recrutement et elle est vraiment bonne, a rappelé le porteur de ballon Donovan Martel, lequel évoluera comme partant cette année. On a construit un noyau solide. »

Hilaire heureux de ses choix

Ronald Hilaire est très heureux de sa cuvée de recrutement.

Le patron de McGill a notamment mis le grappin sur le demi de coin Chris Kongbo. Ce dernier est le frère de Jonathan, un ailier défensif qui a été sélectionné en 1re ronde (5e au total) au dernier repêchage par les Blue Bombers de Winnipeg et qui a récemment fait ses débuts dans la LCF, après avoir soigné une sérieuse blessure à un genou qui a ruiné sa dernière campagne dans la NCAA avec les Volunteers du Tennessee.

« Il va être un joueur spécial, a affirmé Hilaire au sujet de cette jeunesse de 18 ans. Il possède des habiletés que j’ai rarement vues. Il est grand et possède de la vitesse. Parce que nous sommes bien nantis à la position de demi de coin, il ne sera probablement pas partant dès sa première saison, mais il possède tout un potentiel. Il n’a pas la grandeur de son frère, mais il possède de très bonnes qualités athlétiques. »

À l’instar de son frère, Chris a joué au basketball et a pratiqué l’athlétisme dans les rangs secondaires à Vancouver College. « Il a choisi McGill pour des raisons académiques et pour avoir la chance de s’améliorer en se frottant à de très bonnes équipes dans le RSEQ, dont j’ose croire que nous faisons partie. Comme le disait ma mère, tu n’aiguises pas un couteau avec du beurre. »

Lavoie et Faye

L’ailier défensif Jacob Lavoie et le demi de coin Mustapha Faye sont deux autres prises dont le grand manitou est très fier, tout comme les joueurs de ligne défensive Jonathan Wilding et Nicholas De Francisco Paul. « Dans le futur, on va parler de Wilding et de Francisco Paul de la même façon qu’on parle maintenant d’Andrew Seinet-Spaulding.

« En raison de la présence de plusieurs vétérans, on a pu cibler des joueurs à des positions où nous avions des besoins, des gars de qualité qui seront en mesure de compétitionner. On a maintenant une profondeur qu’on n’avait pas dans le passé. »

Botteur australien

McGill a aussi aimanté un botteur australien. Andrew Kyriakou devait se pointer l’an dernier, mais il a retardé son arrivée au Canada pour des raisons académiques. « Quand je jouais à Buffalo, j’avais un botteur australien qui était très bon comme coéquipier et je l’ai contacté, a expliqué l’ancien plaqueur. Il m’a mis en contact avec une agence australienne de botteurs. »

Donavan Martel veut conclure son parcours en beauté

En raison du départ de Daniel Adesegun, le porteur de ballon Donavan Martel sera l’homme de confiance dans le champ arrière.
Photo Agence QMI, Steve Madden
En raison du départ de Daniel Adesegun, le porteur de ballon Donavan Martel sera l’homme de confiance dans le champ arrière.

À sa dernière campagne, le porteur de ballon Donavan Martel aura eu l’occasion de jouer un rôle important dans l’offensive de McGill.

Meilleur porteur de McGill au cours des dernières années, Daniel Adesegun est retourné à Calgary pour des raisons familiales. L’an dernier, il avait été ennuyé par une blessure et Martel avait vu pas mal de terrain.

« On se complétait bien et nous avions une bonne relation, mais c’est certain que je vais voir plus de terrain en raison de son départ, a raconté Martel qui s’est entretenu avec Adesegun pas plus tard que lundi. Je suis bien entouré et tout ne reposera pas sur mes épaules. En raison de mon âge, c’est ma dernière année et j’entends bien laisser ma marque. Vous viendrez nous voir parce qu’on réserve quelques petites surprises. »

Martel pourra compter sur deux porteurs de retour pour le seconder. Joueur le plus rapide de l’équipe, selon l’entraîneur-chef Ronald Hilaire, Alfred De La Cruz est de retour en santé après avoir été ennuyé par des blessures à un ischiojambier et à une épaule la saison dernière. De son côté, Quincy Williams sera de l’alignement après avoir raté la saison 2018 pour des raisons académiques. Deux recrues se sont également ajoutées dans le champ arrière.

Parmi les meilleurs amis de Martel, Dimitrios Sinodinos est lui aussi excité à l’aube de la nouvelle saison. Le pivot de 3e année avait été propulsé au rôle de partant l’an dernier à cause du départ imprévu de Frédéric Paquette-Perreault quelques jours avant le début du camp d’entraînement.

« C’est mon équipe maintenant et je me suis habitué à la pression d’être partant, a souligné le produit des Cheetahs de Vanier qui est en parfaite santé après avoir subi une blessure à une cheville dès le match de présaison l’an dernier. Je suis plus à l’aise et c’est notre deuxième année dans le système du coordonnateur David Lessard. »

Solide ligne offensive

S’il a confiance en Martel, Sinodinos voit aussi une amélioration importante sur la ligne offensive. « Ce fut difficile l’an dernier parce qu’on misait sur cinq recrues sur la ligne offensive, a-t-il expliqué. On peut voir leur amélioration et nous avons ajouté des recrues avec de gros gabarits. Sur le plan personnel, je ne peux pas ralentir. Il y a de bons quarts-arrière derrière moi. J’ai la même mentalité que Tom Brady qui veut prouver à chaque entraînement qu’il mérite son poste de partant. »

Hilaire aime ce qu’il voit de sa ligne offensive. « Les gars sont plus expérimentés, plus gros et plus forts, a-t-il résumé. Ils ont connu un gros hiver d’entraînement. Maxime Bernatchez-Tremblay a perdu 50 livres et Alex Montpetit en a pris 30. »

« Dimitri est un quart-arrière dynamique et il est en santé, ajoute Hilaire. Donovan fait très bien et nous avons un bon groupe de receveurs. »