/finance/business
Navigation

Air Canada songe à envoyer ses 737 MAX dans un désert américain

Cinq de ses appareils sont actuellement stationnés à l’aéroport de Trois-Rivières

US-BOEING-737-MAX-PLANES-SIT-IDLE-AS-COMPANY-CONTINUES-TO-WORK-O
Photo AFP Même si les 737 MAX sont cloués au sol depuis mars, Boeing continue de les produire, de sorte qu’ils s’accumulent aux abords des installations de l’avionneur. À Seattle, les aéronefs ont même envahi une bonne partie du stationnement des employés.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que l’interdiction de vol du Boeing 737 MAX entre dans son 6e mois, Air Canada envisage d’envoyer ses appareils dans un désert américain pour l’hiver. De son côté, CAE se prépare à être très occupée une fois que l’avion obtiendra le feu vert pour reprendre les airs.

« Les compagnies aériennes vont déplacer [les 737 MAX] du Canada parce que les avions ne peuvent pas rester sans bouger pendant la période hivernale », explique au Journal Pierre-Luc Clément de l’aéroport de Trois-Rivières, où sont actuellement stationnés cinq appareils d’Air Canada.

Les 19 autres 737 MAX de la compagnie aérienne sont immobilisés à Windsor (neuf), à Winnipeg (cinq), à Vancouver (deux), à Calgary (deux) et à Montréal (un), selon le site spécialisé Flightera.

Air Canada a confirmé au Journal qu’« une option sous considération est la relocalisation de ces appareils dans un climat chaud et sec que l’on retrouve dans le désert », sans toutefois préciser les lieux qui sont à l’étude.

En Californie ?

On sait toutefois que le plus important exploitant du 737 au monde, le transporteur américain Southwest, a stationné ses 34 MAX dans le désert de Mojave, en Californie.

Par contre, WestJet entend garder 12 de ses 13 avions 737 MAX au Canada, selon Forbes. Pour les conserver en bon état, on démarre leurs moteurs, leurs groupes auxiliaires de puissance et leurs ordinateurs une fois par semaine. Le dernier 737 MAX de WestJet est stationné à Tampa, en Floride, depuis le mois de mars.

Sunwing, qui exploite quatre 737 Max, n’a pas répondu au Journal.

Le fabricant de simulateurs de vol CAE suit de près le dossier. Lors de l’assemblée de l’entreprise québécoise, hier, le PDG, Marc Parent, a confié avoir reçu des lettres de félicitations et de remerciements de son homologue chez Boeing, Dennis Muilenberg, qu’il a qualifié d’« ami ».

Formation à prévoir

M. Parent s’attend à ce que le retour en vol du 737 MAX, dont la date reste inconnue, donne beaucoup de travail à CAE.

« C’est clair qu’il va y avoir un gros engouement une fois que les avions vont recommencer à voler, a-t-il affirmé. Il va y avoir un grand besoin de formation pour ces avions-là et, évidemment, on va être aux premières loges pour répondre à cette demande-là, qui va être assez considérable. »

Jusqu’ici, CAE a reçu des commandes pour 47 simulateurs du 737 MAX, dont 36 restent à livrer. Southwest vient d’en acheter trois.

Le 737 MAX en quelques chiffres

  • 387 appareils livrés, mais cloués au sol
  • 210 appareils construits par Boeing, mais stationnés
  • 5 milliards $ US | Coût prévu de l’immobilisation, selon les plus récentes analyses de Boeing