/opinion/columnists
Navigation

Le NPD, parti antidémocratique ?

Coup d'oeil sur cet article

On apprenait avant-hier que le NPD s’était opposé à la participation de Maxime Bernier aux débats entre les chefs de parti lors des prochaines élections fédérales.

Mais le NPD le fait sur une base particulière.

Pour reprendre les mots du NPD, rapportés par La Presse, « selon nous, la participation de M. Bernier lui donnerait une plateforme pour faire la promotion de son idéologie de haine et d’intolérance. M. Bernier n’a pas démontré qu’il méritait cette plateforme ». Le NPD ajoute : « Il est du devoir de la commission de tenir en considération les torts que peuvent causer les idéologies haineuses et trompeuses au processus démocratique, et aux valeurs d’égalité, d’inclusion et de respect qui sont chères aux yeux des Canadiens ».

Bernier

Ces affirmations sont sidérantes. En gros, le NPD veut fixer les conditions idéologiques de participation au débat des chefs. Il entend décider quel parti mérite de s’y retrouver et quel parti doit en être exclu. Il veut déterminer le périmètre de la vie démocratique, en se donnant le droit d’en chasser ceux qui ne voient pas le monde comme il le voit. Il semble incapable de tolérer ses adversaires idéologiques les plus résolus et refuse de leur concéder une tribune.

Et le NPD le fait à partir du vocabulaire de la gauche radicale en assimilant le PPC à « l’extrême droite » en plus de réduire son programme à un « discours haineux ». C’est avec de telles insultes qu’on pratique aujourd’hui la censure politique.

Pratiquement, c’est le NPD qui révèle ici une forme de tentation autoritaire. On devine que s’il était en position de gouverner, il aurait la tentation d’interdire les discours qui heurtent ses valeurs. Le NPD pourrait-il nous faire un inventaire plus détaillé des propos qu’il veut proscrire du débat public ?

Le NPD oublie toutefois que le propre de la démocratie libérale est justement de permettre la confrontation de points de vue fondamentalement opposés, sans réserver la parole publique aux tenants d’une seule idéologie.

Poussons plus loin : le NPD dévoile ainsi sa psychologie antidémocratique. Dans les circonstances, c’est lui qui se comporte comme un ennemi du « vivre-ensemble ». C’est lui qui dérègle le « processus démocratique ».

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Il ne s’agit pas d’endosser le PPC. Loin de là. J’ai noté dans ma chronique de lundi qu’on trouvait une aile radicale assez tordue dans ses rangs, mais on ne saurait sérieusement y assimiler l’ensemble de ses électeurs, sympathisants et militants. On peut même le critiquer très sévèrement. Mais c’est autre chose de décréter qu’il ne doit pas être considéré comme un choix légitime par la frange de l’électorat qui se reconnaît en lui.

Démocratie

Les positions du PPC méritent d’être débattues aux prochaines élections, et Maxime Bernier de se faire entendre. La démocratie s’enrichit de la diversité des choix qu’elle offre, et s’appauvrit quand elle oblige tout le monde à communier autour d’une idéologie officielle.

Un débat qui proscrit à l’avance les désaccords de fond n’en est plus un.