/sports/baseball/capitales
Navigation

Capitales: une série cruciale contre Trois-Rivières

Coup d'oeil sur cet article

Il reste 16 matchs à la saison des Capitales de Québec pour combler le retard de cinq matchs et demi qu’ils accusent sur les Boulders de Rockland et le dernier rang donnant accès aux séries d’après-saison. L’expression «chaque match est important» prend tout son sens, alors que s’amorçait vendredi une série de trois duels contre les Aigles de Trois-Rivières.

La troupe de Patrick Scalabrini a remporté ses trois dernières parties, avant celle de vendredi. Au cours de cette séquence, Québec a marqué 25 points et n’en a accordé que sept. Cela dit, les Aigles n’ont rien à leur envier, avec déjà 10 victoires depuis le début du mois d’août. Ils n’accusent qu’un match de retard sur les Miners de Sussex et le premier rang au classement de la Ligue Can-Am (avant le match d’hier). «On regardait les 18 derniers matchs et on se doutait que la série à Trois-Rivières serait la plus difficile. C’est l’équipe de l’heure et ils jouent bien, notamment à la maison», a mentionné l’entraîneur de la formation québécoise.

La série de la dernière chance?

Scalabrini est catégorique: sa troupe doit gagner la série à Trois-Rivières pour demeurer dans la course. Il refuse toutefois de croire que les espoirs sont anéantis si ses joueurs ne parviennent pas à arracher au moins deux victoires aux Aigles. «Rockland affronte Sussex, alors s’ils mangent une volée, ça nous achète du temps. Après la série, on revient à la maison et on sait qu’on a un bel horaire», a-t-il soutenu.

En effet, les Capitales disputeront neuf de leurs 13 derniers matchs au Stade Canac.

Des doutes au monticule

Les Capitales peuvent finalement compter sur une formation complète depuis un peu plus d’une semaine. Les blessures en début de saison à des joueurs-clés ainsi que le départ de six joueurs aux Jeux panaméricains à la fin du mois de juillet sont des éléments qui expliquent la saison décevante de l’équipe.

Dernièrement, les choses se replacent enfin alors que Québec a remporté quatre de ses cinq dernières parties. L’attaque fonctionne à plein régime, mais tout n’est pas rose du côté des lanceurs, a souligné Scalabrini.

«On a encore des problèmes au monticule, et c’est là qu’on a des doutes. Mais chaque départ de qualité de notre lanceur nous donne une bonne chance de gagner», a-t-il ajouté.

Après cette série de trois matchs contre Trois-Rivières, les Capitales seront de retour à Québec mardi pour y affronter les Champions d’Ottawa.