/news/provincial
Navigation

Dans nos archives: Une scène de film érotique tournée dans une caserne de pompiers de Québec

C’était il y a 20 ans

Cindy Cinnamon
Daniel Mallard / Le Journal de Quebec

Coup d'oeil sur cet article

Il y a 20 ans, le producteur Jean-Luc Audet tournait des scènes d’un film érotique avec l’artiste Cindy Cinnamon dans une caserne de pompiers de Québec.

«Vidéo érotique tourné à la caserne. Nue chez les pompiers», titrait alors votre quotidien le 12 août 1999, en première page. 

Cindy Cinnamon
Le Journal de Quebec

À l’époque, Cindy Cinnamon avait mis les pompiers dans l’eau chaude en posant en costume d’Ève dans la caserne de la rue Saint-Jean. 

Les scènes de Cindy Cinnamon, la reine de l’exhibition avaient été tournées pendant l’été 1999 dans quelques endroits inusités comme la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, la terrasse Dufferin, l’avenue Cartier, les Plaines d’Abraham et l’île d’Orléans. 

Une controverse

«Les pompiers sur place ont regardé la scène avec plaisir. Personne ne s’est sauvé. Partout où nous sommes passés, les gens nous ont donné leur accord», avait relaté la vedette. 

Cindy Cinnamon
Leopold Rousseau / Le Journal de Quebec

Le producteur avait aussi précisé qu’il n’y avait pas d’activités sexuelles, seulement des scènes de nudité. Encore aujourd’hui, Cindy Cinnamon refuse l’étiquette pornographique. 

«Les gens devraient être contents de voir qu’on se déniaise enfin au Québec», avait déclaré Jean-Luc Audet, déjà connu à ce moment pour la série Québec Sexy Girls.

La direction du service des incendies de Québec n’était pas de cet avis. Le tournage a mené à la suspension de deux lieutenants et un chef de division. 

«Le chef de l’époque avait dit que nous étions entrés par effraction pour filmer illégalement. C’était faux, et j’avais été autorisé à le faire. Une chance que j’avais filmé au lieu de seulement prendre des photos. Je pouvais le prouver», affirme encore aujourd’hui l’homme d’affaires. 

Face à cette réaction, le producteur, pour se défendre, a voulu utiliser les images des pompiers en train d’admirer l’effeuilleuse en action. Au final, Audet et Cinnamon avaient bien profité de cette controverse. 

Publicité inespérée

«Si jamais on ne peut vendre le film, au moins, on va se faire connaître», avait-il lancé. 

Pour quelques minutes de vidéo, le scandale des pompiers avait pratiquement fait le tour du monde bien avant l’émergence d’Internet. «C’était encore les cassettes VHS, et on en a vendu partout. C’était la folie», ajouté le réalisateur. 

Vingt ans plus tard, le couple Audet-Cinnamon fait toujours des affaires à Québec. Le duo possède maintenant les boutiques Planet X. 

«On s’en fait parler encore 20 ans plus tard», disent-ils en riant. 


—Texte Jean-François Racine. Recherche Stéphane Doré