/world/usa
Navigation

La Californie combat en justice les nouvelles mesures migratoires de Trump

La Californie combat en justice les nouvelles mesures migratoires de Trump
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’État de Californie a ouvert vendredi un énième front judiciaire contre le gouvernement de Donald Trump, pour combattre cette fois les nouvelles règles migratoires qui refuseraient la nationalité américaine à certains étrangers bénéficiant d’aides sociales et autres bons d’alimentation.

Ces mesures ciblent des millions de travailleurs, majoritairement latino-américains, qui occupent généralement des emplois peu rémunérés. Jugés susceptibles de devenir des «charges pour la société», ils se verront refuser l’accès au territoire, et ceux se trouvant déjà aux États-Unis n’obtiendront pas la «carte verte», le permis de séjour américain, précise la nouvelle réglementation publiée lundi par la Maison-Blanche. 

«Cette politique cruelle forcerait les parents et familles qui travaillent dans tout le pays à renoncer à des besoins élémentaires comme la nourriture, le logement et les soins médicaux, par peur [des conséquences, NDLR]. C’est tout simplement inacceptable», dénonce le procureur général de Californie, Xavier Becerra. 

L’État du sud-ouest américain «a la plus importante population immigrée des États-Unis», plus de 10 millions, soit environ un quart de ses habitants. «Près de la moitié des enfants californiens ont au moins un parent immigré», a souligné lors d’une conférence de presse M. Becerra, lui-même né en Californie de parents mexicains. 

Par conséquent, les nouvelles règles voulues par le président conservateur Donald Trump «affectent de manière disproportionnée la Californie», a déploré le magistrat, rejoint dans son action en justice par ses homologues du Maine, de l’Oregon, de la Pennsylvanie et de Washington D.C. 

Le recours, déposé vendredi auprès d’un tribunal de San Francisco, estime notamment que les mesures gouvernementales violent une disposition de la Constitution américaine garantissant une «protection égale» à tous, car elles «empêcheraient de manière disproportionnée l’admission des immigrés non blancs et non européens». 

«Les mesures sont motivées par une animosité, délibérément fondée sur la race et l’origine, à l’encontre d’individus provenant de ce que le président Trump a qualifié de “pays de merde”», fait valoir la plainte. 

«Ce que manigance ce gouvernement est incroyable, c’est insidieux au possible, et la Californie ne le tolérera pas», a pour sa part lancé le gouverneur démocrate Gavin Newsom. 

«Le gouvernement Trump a un problème avec les immigrés [...], en particulier ceux qui ont la peau foncée», a critiqué M. Newsom.  

Il a rappelé que son pays avait déjà fait preuve d’un tel «sectarisme» en 1882, avec le Chinese Exclusion Act, une loi qui a limité très sévèrement les conditions d’entrée et de vie des Chinois aux États-Unis pendant des décennies. 

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions