/opinion/blogs/columnists
Navigation

La prochaine convergence...

Ironique de penser que Québec solidaire partage désormais plus de points de convergence avec le PLQ que le PQ...

La prochaine convergence...
Le Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Il se pourrait bien que lors de la prochaine élection au Québec, le Parti libéral et Québec solidaire aient beaucoup de points de convergence... 

La prochaine convergence...
Caricature d'Ygreck

PLQS? 

Je discutais plus tôt cet été avec un ami de longue date, un ancien militant de la gauche, que je n’avais pas vu depuis longtemps. Exilé hors du pays depuis plusieurs années, celui-ci demeure un observateur intéressé de ce qui se passe ici. Chez lui.  

Il ironisait, lors de notre discussion, que lors de la prochaine élection, Québec solidaire pourrait bien tenter une convergence avec le Parti libéral puisque son adversaire d’antan, le PQ, était au plancher...  

C’était avant que je ne rencontre Pascal Bérubé dernièrement. En y repensant, j’aurais dû soulever cette possibilité avec lui pour savoir ce qu’il en pense... 

Et pourtant, en lisant le fils de Jean Charest dans La Presse de ce matin, force est d’admettre que ce n’est plus de la fiction que de rappeler les points de convergence entre le PLQ et QS.  

 

La prochaine convergence...
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

« Interculturalisme » 

Antoine Dionne-Charest, fils de l’ex premier ministre libéral, signe son texte en qualité de « doctorant en philosophie à l’Université de Montréal ». J’ajouterai à sa bio que c’est aussi, de son propre aveu, « un militant qui compte participer activement à la reconstruction du Parti libéral ».  

Cela n’est pas anodin. Et pour le commun des mortels, le lien n’est pas si évident à faire.  

Dans son texte, Dionne-Charest explique le concept de « l’interculturalisme », le nouveau buzzword des jeunes libéraux. Et son explication n’est pas inintéressante. Mais le militant n’est pas bien loin. À la fin de son texte l’attaque toute politicienne :  

« Si le Québec s’était doté d’une loi sur l’interculturalisme, il aurait été beaucoup plus difficile pour le gouvernement caquiste d’adopter des politiques discriminatoires et populistes comme la loi 21 sur la laïcité et la loi 9 sur l’immigration. » 

Car on le sait, depuis que la poussière est retombée à la suite du congrès des jeunes libéraux, le concept d’interculturalisme ne doit pas, en aucun cas, entraver les sacro-saintes « libertés individuelles ». Comme dans liberté de porter des signes religieux. En toutes circonstances.  

Le chef intérimaire du PLQ Pierre Arcand a été très clair :  

« Je pense que le nationalisme qu'on propose, c'est un nationalisme beaucoup plus rassembleur, a-t-il décoché. Sans faire référence à la Loi 21 sur la laïcité de l'État, M. Arcand a affirmé que les libéraux n'avaient pas l'intention de retirer des droits à la population, y compris aux minorités culturelles . » 

Du miel aux oreilles qsistes... 

Je lis Antoine Dionne-Charest pis je me dis que cette phrase-là aurait bien pu être prononcée par le Sol Zanetti nouveau. Tsé, le Sol Zanetti post-élection de 2018. Celui qui s’expliquait ainsi en mars dernier :  

« La vertu du compromis Bouchard-Taylor tient moins à ses assises philosophiques qu’à l’effet pacifiant qu’il avait au moment où il a été forgé. Il allait réconcilier les camps opposés d’un débat qui divisait la société québécoise. Cela dit, dans un monde idéal, on ne devrait pas interdire le port de signes religieux aux fonctionnaires de l’État, qu’ils soient en position d’autorité, d’exercer une coercition ou pas. » 

Voilà une position qui unit le doctorant en philosophie libéral et le philosophe qsiste.  

Quand on y regarde de plus près, et en sachant que les opposants à la loi 21 ne lâcheront jamais le morceau, il se pourrait bien que la question de la laïcité soit encore un thème électoral en 2022.  

 

La prochaine convergence...
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

On discutera de ce thème lors de la chefferie libérale du moins. C’est assuré. Marwah Rizqy et Dominique Anglade, deux prétendantes à la chefferie, ont toutes deux exprimé une ouverture à légiférer dans le sens de « l’interculturalisme ».  

Comprenons-nous bien, il y a ici une incompatibilité complète avec la loi 21. Sur l’interdiction des signes religieux, c’est l’évidence. Est-ce à dire qu’on abrogerait la loi 21? Laquelle n’a même pas encore subi le test de son application.  

Il y a pas de gens chez Québec solidaire et chez les libéraux pour qui cette question est capitale; du genre une question de l’urne, en fonction de laquelle on choisit celui ou celle qu’on appuiera aux élections. 

Tout à coup, la convergence entre le PLQ et QS devient possible. Et si le vote stratégique, en 2022, devait se faire en fonction de cet enjeu? Je connais pas mal de qsistes qui se trouveraient aisément une raison d’appuyer le PLQ. De toute façon, plusieurs chez QS ne rechignent pas à appuyer le NPD ou le PLC au fédéral.  

Ce scénario n’est pas à écarter.  

Et à voir quelques-uns des hypermilitants QS sur les réseaux sociaux partager et défendre le texte du militant libéral Antoine Dionne-Charest, on comprend aisément que la nouvelle convergence pourrait se faire sur ce thème. 

Ironique quand même de penser que certains ex-militants d’Option nationale sont désormais au sein d’un parti qui a plus en commun avec le PLQ que le PQ...