/news/health
Navigation

Les résidences intermédiaires craignent que la pénurie de préposés s’aggrave

Les résidences intermédiaires craignent que la pénurie de préposés s’aggrave
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau programme de bourses mis sur pied par le gouvernement Legault pour attirer plus de préposés aux bénéficiaires dans le réseau public créé du mécontentement.

Incapables de rivaliser avec ces mesures incitatives, les résidences en milieu familial craignent de ne plus être capables de recruter de nouveaux employés.

«Cette mesure revient à déshabiller Pierre pour habiller Paul. Le bassin de travailleurs est le même. Ce sont donc dans les ressources intermédiaires que les établissements publics iront puiser les préposés», a dénoncé Johanne Pratte, directrice générale de l’Association des ressources intermédiaires d'hébergement du Québec (ARIHQ).

L’organisme représente près de 1000 résidences intermédiaires (RI), Il s’agit de petits établissements qui accueillent des adultes vulnérables, ainsi que des personnes aux prises avec une déficience intellectuelle ou un problème de santé mentale.

Selon Mme Pratte, quelques-unes d’entre elles remarquent déjà un mouvement de personnel vers le réseau public depuis que Québec a dévoilé son nouveau programme, mercredi dernier.

«Des membres appellent l'ARIHQ disant qu'ils ont perdu quatre préposés en une seule journée. Cette situation met en péril la survie de plusieurs établissements», a souligné Johanne Pratte.

Afin de combler l’importante pénurie de préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD notamment, le gouvernement Legault a annoncé cette semaine la distribution de 2000 bourses d’une valeur de 7500 $ à ceux qui viennent de compléter la formation professionnelle, à condition qu'ils s’engagent à travailleur pendant deux ans dans un établissement public.

Selon l’ARIHQ, cette mesure rendra encore plus compliqué le recrutement de nouveaux employés dans les résidences intermédiaires, où le salaire est déjà inférieur et la charge de travail parfois plus prenante.

«Cette situation est d'autant plus dramatique que plus de 2 500 postes sont actuellement à pourvoir dans les RI, selon une récente enquête», peut aussi lire dans le communiqué de l’ARIHQ, qui dénonce le manque de considération du gouvernement pour la pénurie d’employés que leurs membres subissent.