/sports/baseball
Navigation

En tournée avec les anciens Expos

En tournée avec les anciens Expos
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La tournée Expos Fest, organisée au profit de la Fondation Kat D DIPG, est passée par Québec, Granby et Gatineau, et se conclura, dimanche, avec un match de balle-molle au parc Jarry, à Montréal, pour souligner le 50e anniversaire des Expos.

Au total, environ 20 000 $ auront été récoltés lors de ces quatre jours, soit un peu moins de ce qui était projeté au départ à la suite de l'annulation du match prévu à Gatineau, samedi, en raison de la pluie. L’argent sera redistribué à l’Hôpital de Montréal pour enfants.

«Le plus important, c’est évidemment d’amasser des sous pour la fondation, mais ça permet aussi de faire vivre de beaux moments aux partisans de baseball qui obtiennent des autographes et des photos avec les joueurs. On rend les gens heureux et en faisant ça, ils sont contents de faire des dons», résume Perry Giannias, l’instigateur de cette tournée.

Par différentes initiatives du genre, Giannias honore la mémoire de sa nièce Catherine Demes, décédée en juillet 2005 à l’âge de 5 ans, à la suite d’une tumeur cérébrale inopérable.

Une expérience particulière

À moins de se nommer Claude Raymond ou Denis Boucher, il est par ailleurs peu commun de prendre part à une telle tournée avec les anciens joueurs des Expos. Or, c’est le privilège vécu cette semaine par l’auteur de ces lignes.

Aussitôt un pied posé dans l’autobus, le plaisir est au rendez-vous alors que l’ineffable Bill «Spaceman» Lee se met à défiler des histoires plus abracadabrantes les unes que les autres. Il est question d’anciens coéquipiers et de certains adversaires, mais aussi du jour où une mouette est partie avec son sandwich. Ses talents de conteur rend chacune de ses anecdotes savoureuses. Et lorsqu’il sort son onguent à base de cannabis pour se frotter les genoux en vue du prochain match, la scène est invraisemblable.

À bord de l’autobus, l’ancien lanceur Claude Raymond, 82 ans, rit de bon coeur. On sent que cette tournée le rajeunit d’au moins 50 ans même si, à son âge vénérable, M. Raymond est encore droit comme un chêne.

«De prendre l’autobus pour aller jouer des matchs, je me sens comme si j’étais de retour dans les mineures», laisse-t-il tomber, en riant.

«Frenchie» au monticule

Arrivé à Québec, nous passons à l’hôtel avant de nous diriger vers le Stade Canac. Brad Wilkerson et David Segui sont également du voyage en autobus, tandis que nous rejoignons notamment Curtis Pride, qui a pris l’avion de la Floride directement pour la Vieille Capitale.

Une fois le match commencé, Raymond s’installe au monticule et l'auteur de ce texte occupe le poste de receveur. L’instinct de compétiteur se fait sentir, même à la balle-molle, quand le lanceur multiplie volontairement les offrandes hautes à l’intérieur.

Au bâton, la fierté de Saint-Jean-sur-Richelieu impressionne autrement en frappant la balle au-dessus de la tête d’un voltigeur pour obtenir un circuit intérieur. Il fut sans doute le joueur par excellence dans une victoire de 19 à 12 des anciens Expos contre les anciens Capitales de Québec.

La rançon de la gloire

Après la partie, souper d’équipe au restaurant Patrizio, sur Grande-Allée, où Bill Lee a encore plusieurs histoires dans sa besace. Petite bière au bar pour les plus tenaces et nous repartons, vendredi matin, vers Granby, et samedi, en direction de Gatineau. La recette gagnante est à recommencer et des précieux moments à accumuler jusqu’à dimanche au parc Jarry.

Puisque les lecteurs ont le droit de savoir, l’auteur de ces lignes a frappé quelques coups sûrs au fil des matchs, se démarquant par ailleurs avec quelques glissades sur les buts. Et c’est confirmé: la surface synthétique à Québec brûle la peau. Nous revenons à Montréal avec de nombreux souvenirs, dont une belle éraflure sur la jambe gauche.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions