/news/currentevents
Navigation

Michèle Richard est insatisfaite de travaux

L’artiste poursuit un entrepreneur pour 80 000$

GEN - MICHÈLE RICHARD
Photo MARTIN ALARIE Michèle Richard. Chanteuse

Coup d'oeil sur cet article

La chanteuse Michèle Richard poursuit pour près de 80 000 $ un entrepreneur général de Blainville qui aurait bâclé ses travaux résidentiels avant de déguerpir sans raison avec du matériel lui appartenant.

La diva de 73 ans, qui a une résidence à Saint-Sauveur, dans les Laurentides, possède également un duplex en location à Sainte-Adèle. Elle a fait l’acquisition de la bâtisse d’une valeur d’environ 320 000 $ en septembre 2018.

Un mois après l’achat, Mme Richard a fait appel à l’entreprise Constructions Moretti et fils afin de réparer un problème de drainage qui risquait d’engendrer une infiltration d’eau, peut-on lire dans la poursuite civile récemment déposée au palais de justice de Saint-Jérôme par son avocat Maxime Lachance.

Le contrat, qui était évalué à 64 000 $, mentionnait que l’entrepreneur devait rehausser le bâtiment et en protéger son intégrité, est-il indiqué dans le document.

Or, à la mi-décembre, Moretti a transmis un rapport à la chanteuse énumérant des extra qui allaient faire grimper le coût total des travaux à plus de 90 000 $.

Après que Mme Richard a effectué des paiements de l’ordre de 68 200 $, à la fin de l’année 2018, le constructeur aurait quitté le chantier sans avertissement. La raison n’est pas stipulée dans la plainte.

L’immeuble a été laissé dans des conditions précaires pour la période hivernale, est-il précisé. La plaignante l’a d’ailleurs constaté par elle-même sur les lieux, lit-on.

Elle y avance aussi que Moretti serait parti avec une pompe et plusieurs tuyaux de cuivre qui lui appartenaient.

Mise en demeure

Dans les semaines qui ont suivi, Mme Richard aurait tenté à de nombreuses reprises de communiquer avec son contractant, sans succès.

Une mise en demeure n’aurait pas non plus convaincu Moretti de reprendre les travaux en bonne et due forme. Cela a forcé Mme Richard à requérir les services d’une autre compagnie.

L’artiste réclame donc la valeur de l’achèvement des travaux, soit 63 466 $ et du remboursement des objets volés, d’environ 5000 $. Elle demande aussi 10 000 $ en stress, troubles et inconvénients, pour une somme totale de 78 466 $.

– Avec la collaboration de Diane Meilleur