/misc
Navigation

Bernier : C’est loin d’être gagné

Celui qui voudrait recevoir le privilège de participer au débat des chefs n’a qu’une seule chance de voir son parti représenté au parlement et encore là, c’est loin d’être chose faite.

Bernier : C’est loin d’être gagné
MATTHEW USHERWOOD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de sa campagne comme chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier reçoit une attention médiatique largement disproportionnée par rapport l’intérêt réel qu’il récolte chez la population. 

Celui qui voudrait recevoir le privilège de participer au débat des chefs n’a qu’une seule chance de voir son parti représenté au parlement (s’il est élu en Beauce) et encore là, c’est loin d’être chose faite. 

Les valeurs beauceronnes 

C’est fascinant d’entendre Maxime Bernier se dire défenseur des valeurs canadiennes alors qu’il représente, dans les faits, des valeurs de la droite identitaire.  

Celui qui disait être « un gars qui nous ressemble, un gars qui nous connaît » dans son jingle de la dernière campagne électorale s’éloigne de plus en plus des valeurs réelles de son électorat. 

« Avec lui, on est confiant, avec lui on va d’l’avant », chantaient en chœur des voix non identifiées. Aujourd’hui, les Beaucerons se disent surtout qu’avec Maxime Bernier on se méfie des immigrants et on recule à grands pas vers mille neuf cent tranquille en matière de droit à l’avortement, de protection de l’environnement et de défense des droits des minorités sexuelles. 

Encore faut-il se faire élire 

Le discours de Maxime Bernier parle beaucoup plus aux ultraconservateurs des Prairies qu’aux électeurs de la Beauce. En promettant d’abolir le système de la gestion de l’offre et de diminuer dramatiquement les seuils d’immigration dans une circonscription rurale en pleine crise de pénurie de main-d’œuvre, Maxime Bernier démontre à quel point il s’est éloigné de son électorat au fil du temps. 

D’ailleurs, si on en croit les prédictions de l’agrégateur de sondages 338Canada.com, le siège que détient monsieur Bernier depuis plusieurs années pourrait bien lui échapper.  

Le candidat du Parti conservateur est assez connu du milieu municipal et du milieu agricole. Sachant que Maxime Bernier s’adresse à ses électeurs passés et que Richard Lehoux tente de se les approprier, il est clair que les résultats de monsieur Bernier vont différer de ceux de la dernière élection. 

 

Par ailleurs, à l’heure actuelle, il n’y a pas de candidat déclaré pour le Parti libéral du Canada en Beauce. Or, il semble qu’Adam Veilleux, qui a récolté 22% des voix en 2015 alors qu’il était inconnu des Beaucerons, s’apprête à confirmer son intention de briguer à nouveau les suffrages. L’apparition d’un visage familier dans cette course fera certainement bouger les intentions de vote des électeurs à la recherche d’une voix plus progressiste pour les représenter à Ottawa. 

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions