/news/currentevents
Navigation

La prison plutôt que la résidence pour aînés pour un octogénaire

Claude Fournier lors de son passage au palais de justice de Québec, lundi matin.
Photo Nicolas Saillant, Journal de Québec Claude Fournier lors de son passage au palais de justice de Québec, lundi matin.

Coup d'oeil sur cet article

Au lieu de passer sa prochaine année paisiblement dans un foyer pour personnes âgées, un homme de 88 ans coupable d’agression sexuelle sur des mineurs ira séjourner en prison.

Âgé de 88 ans, Claude Fournier a « une situation médicale très particulière » en raison d’un risque d’AVC et d’une d’insuffisance cardiaque. Or, l’homme qui peine à marcher devait se présenter au palais de justice lundi pour faire face à des accusations d’agressions sexuelles et d’avoir rendu accessible du matériel sexuellement explicite à deux mineurs de moins de 16 ans.

Entre 2014 et 2017, Claude Fournier a profité de la confiance d’une mère pour se rapprocher d’une fillette de 11 ans. Afin d’amadouer l’enfant, Fournier lui permet d’utiliser son cellulaire.

Stratagème

Toutefois, l’accusé avait une idée derrière la tête : il télécharge des fichiers de pornographie dans son cellulaire, en sachant que la fillette les découvrira, pour initier l’enfant à la sexualité tout en parlant régulièrement de sexe, a indiqué la procureure Sonia Lapointe.

Par ailleurs, toujours en ayant la confiance de la mère, Fournier a lavé le dos de l’enfant à quelques reprises, ce qui était pour lui un moyen de s’exciter. Un bec sur la bouche a aussi été donné.

Puis, alors qu’il lui massait les pieds, l’octogénaire en a profité pour passer sa main sur les parties génitales de sa victime, d’où l’accusation d’agression sexuelle. Durant la même époque, Fournier a aussi répété le stratagème du téléphone cellulaire avec une enfant un an plus vieille que la première victime.

Ces gestes lui ont valu deux accusations d’avoir rendu accessible du matériel sexuellement explicite à des mineures de moins de 16 ans. Une accusation de voie de fait pour avoir frappé les fesses de la deuxième victime a aussi été déposée.

L’homme de 88 ans, qui avait un antécédent d’agression sexuelle pour des gestes commis en 1986, a plaidé coupable à toutes les accusations. Une sentence de 15 mois a été prononcée contre lui.

En raison de sa condition médicale, le juge a recommandé que Claude Fournier soit incarcéré à l’infirmerie de la prison.