/news/green
Navigation

Des ballons météo d'Environnement Canada abandonnés dans le golfe

Coup d'oeil sur cet article

L’utilisation de ballons météorologiques et de radiosondes à usage unique par Environnement Canada soulève des questions sur la Côte-Nord.  

Un citoyen a récupéré la semaine dernière un dispositif dans l’eau près d’un attroupement d'une trentaine de baleines, au large de Port-Cartier.  

Il avait fait la même observation l'été dernier près de la baie de Sept-Îles.  

Ces appareils utilisés pour recueillir des données météorologiques en haute atmosphère contiennent des piles au lithium, du plastique, des composantes électroniques et du latex.  

«Environnement Canada saupoudre de détritus l’océan, alors qu’on est en pleine controverse au niveau des mammifères marins. Ils n’ont pas besoin de ça», a dénoncé Jacques Gélineau, en faisant référence à la mort de plusieurs baleines dans les eaux canadiennes.  

«Il y a beaucoup d’animaux en ce moment qui se nourrissent dans la région de Port-Cartier. À travers les algues, on a trouvé des morceaux de plastique. La possibilité que les animaux se ramassent avec ça dans l’estomac, avec les batteries au lithium et les composantes électroniques, les morceaux de "styrofoam", de latex... Ça pourrait être handicapant et mortel pour certaines espèces», a déploré M. Gélineau.  

Le citoyen de Sept-Îles, qui a pris l’habitude de ramasser les polluants qui se trouvent sur son chemin lors de ses fréquentes sorties sur le golfe Saint-Laurent, s’étonne qu’Environnement Canada utilise toujours ces appareils pour recueillir des données.  

«Avec les nouvelles stations radars au sol, avec tous les satellites, la technologie nous permet de faire des cueillettes d’information autrement qu'en envoyant des ballons dans les airs avec des systèmes électroniques qui vont polluer et peut-être étouffer des animaux», juge-t-il.  

Environnement Canada n’a pas été en mesure mardi de fournir des informations à jour sur l’utilisation de ces ballons ni sur leurs impacts environnementaux. Des données déjà rendues publiques par le passé font état de dizaines de radiosondes relâchées quotidiennement au pays.  

Depuis le début de la saison, huit baleines noires ont perdu la vie dans les eaux canadiennes, un taux de mortalité insoutenable pour cette espèce en voie de disparition qui ne compte plus qu'un peu plus de 300 individus.