/sports/others
Navigation

Voyez l'hommage émouvant de ces survivantes du cancer à leur coach

L’entraîneur de bateau-dragon des Seincr’eau de Montréal a été retenu pour notre série Le meilleur coach du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Une vingtaine de rameuses qui ont survécu à un cancer du sein ont honoré il y a quelques semaines leur coach de bateau-dragon. La cérémonie poignante a été captée par l’équipe numérique du Journal.  

• À lire aussi: Il coach plus de 150 athlètes par année  

• À lire aussi: Voyez la surprise émouvante organisée à la coach  

«Ce qui m’a touché lorsqu’on m’a proposé de diriger l’équipe en 2011, c’est que certaines femmes avaient l’âge de ma mère», affirme Son-Quan Nguyen Lam, dont la maman venait de mourir des suites d’un cancer du sein.   

En quelques années, l’entraîneur est devenu le pilier de la vingtaine de rameuses qui s’entraînent toutes les semaines d’été au Bassin olympique de Montréal.   

PHOTO AGENCE QMI, STEVE MADDEN

  

«C’est assez unique pour un jeune coach d’entraîner une équipes de femmes comme nous. C’est pas très sexy, mais il nous a choisies, dit la rameuse Chantal Lefebvre. C’est remarquable d’être aussi dévoué à la cause pendant une aussi longue période.»   

Selon plusieurs rameuses, l’entraîneur excelle autant dans son rôle de technicien que dans celui de motivateur. C’est pour cette raison que l’équipe a voulu lui témoigner sa reconnaissance pour ces 9 années de dévouement, un moment très émotif capté par notre équipe.   

«C’est un homme de peu de mots, mais lorsqu’on est sur l’eau, il se défonce. Je l’appelle toujours notre vietnamien cowboy», affirme la capitaine de l’équipe, Anne-Marie Couture.   

PHOTO AGENCE QMI, STEVE MADDEN

  

Techniques adaptées  

Les directives données rameuses doivent être souvent être adaptées au corps des femmes, explique Son-Quan Nguyen Lam.   

«À priori, mon rôle, c’est de montrer les techniques, faire les alignements, penser à des stratégies, souligne-t-il. Mais avec des survivantes du cancer, Certains mouvements sont plus durs à cause des cicatrices. Ça prend une certaine adaptation.»   

L’été dernier, l’équipe s’est classée en Italie pour participer à la compétition internationale IBCPC de survivantes du cancer du sein, en Florence. «On ne pensait jamais arriver dans le top 10. C’était comme à la Coupe Stanley. C’était notre meilleur temps à vie», se rappelle la capitaine.   

PHOTO AGENCE QMI, STEVE MADDEN

  

  

 - Avec la collaboration de Jean-Maxime Bourgoin  

FAIT SAILLANT   

Plus de 500 inscriptions ont été reçues dans le cadre de la série Le meilleur coach du Québec. D’autres candidats seront présentés prochainement dans Le Journal.