/finance/business
Navigation

Le marché des résidences privées pour aînés est toujours favorable

Chartwell poursuit sa vague d’investissements dans la région de Québec

Le marché des résidences privées pour aînés est toujours favorable
Photo Diane Tremblay

Coup d'oeil sur cet article

Le marché des résidences privées pour aînés (RPA) dans la région de Québec est en mesure d’absorber de nouvelles unités pour encore 20 ans, estime Francis Charron, président de Batimo, qui a participé mardi à l’inauguration de L’Envol, un projet de 100 M$ réalisé par Chartwell dans le secteur de Cap-Rouge.

« C’est sûr que ce n’est pas notre dernier projet à Québec », a affirmé M. Charron, dont L’Envol représente le 7e projet de résidence pour retraités réalisé en partenariat avec Chartwell. 

La nouvelle résidence de 360 appartements sur cinq étages est louée à près de 50 %, ce qui respecte les prévisions établies par le promoteur. 

Le marché des résidences privées pour aînés est toujours favorable
Photo Diane Tremblay

Bien que l’inauguration du complexe ait eu lieu mardi, les premiers locataires pourront emménager à partir du 3 septembre. 

Le marché des résidences privées pour aînés est toujours favorable
Photo Diane Tremblay

Selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement, une personne sur cinq au Québec, âgée de 75 ans et plus, habite dans une résidence pour aînés, comparativement à une sur vingt dans le reste du Canada.

Le marché des résidences privées pour aînés est toujours favorable
Photo Diane Tremblay

La peinture est à peine sèche à L’Envol que Chartwell se prépare à ouvrir une autre résidence de 360 unités dans le secteur du Trait-Carré à l’automne 2020. Il s’agit d’un projet de 87,5 M$. 

Le potentiel de développement dans le marché RPA est toujours bien présent, d’après Lucie Labbé, vice-présidente, santé et relations gouvernementales chez Chartwell.

« Ça fait juste commencer en fait ! Il y a encore beaucoup de croissance à venir », a-t-elle indiqué.

Pour au moins 20 ans

En se basant sur les perspectives démographiques, M. Charron estime que la demande dans ce marché sera favorable pour au moins 20 ans. La part des 65 ans et plus dans l’ensemble de la population québécoise est passée de 5,8 % en 1961 à 18,8 %, en 2018. 

« Les femmes vivent plus longtemps et on le voit dans nos résidences. Souvent, elles se retrouvent seules à la maison et la vie en résidence leur permet de se socialiser. Ça coupe la solitude », souligne Mme Labbé.

La résidence L’Envol est adjacente au Mail Cap-Rouge. « Ce qui veut dire que les résidents pourront aller magasiner en pantoufles, s’ils le désirent », a ajouté M. Charron qui est aussi v.-p. d’EMD-Construction.