/news/provincial
Navigation

Route de l’Église: pas d’argent ni de gel de taxes pour les commerçants

La Ville de Québec investira plutôt 30 000$ en publicité pour la route de l’Église

Route de l’Église: pas d’argent ni de gel de taxes pour les commerçants
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec déboursera 30 000 $ pour une campagne de promotion afin de ramener les clients sur la route de l’Église, pendant les travaux en cours, mais elle rejette l’idée d’un gel de taxes ou toute autre forme d’indemnisation pour les commerçants éprouvés.

Quelques dizaines de commerçants avaient été convoqués à nouveau par la Ville, mardi, deux semaines après une première réunion avec la vice-présidente du comité exécutif Marie-Josée Savard.

Au sortir de cette rencontre, les gens d’affaires rencontrés à l’ancien hôtel de ville de Sainte-Foy avaient perdu tout espoir d’une compensation financière. « Je ne pense pas qu’on va recevoir de l’argent, puis il faut arrêter de vouloir ça, c’est comme vouloir le retour des Nordiques à Québec », a réagi Bertrand de l’Épinay, du restaurant Portofino, visiblement résigné.

La proposition d’un gel de taxes temporaire, afin de compenser les pertes de revenus découlant du chantier en cours, a également été rejetée d’emblée par l’administration Labeaume.

« Non, le gel de taxes n’a jamais été une option. La promotion avec un budget de 30 000 $, c’est également [une forme de] soutien auprès de nos commerçants et c’est comme ça qu’on veut intervenir », a indiqué Mme Savard, rappelant que la Ville avait agi de la même façon dans le passé lors de travaux majeurs sur d’autres artères commerciales.

Un « baume sur une plaie »

La campagne de pub promise ne réglera toutefois rien, selon Christian Laliberté, de la librairie du même nom. « C’est beau de faire une promotion, mais [...] la problématique n’est pas réglée. C’est un baume sur une plaie. Les gens fuient la route de l’Église », a-t-il réagi, déplorant la difficulté d’accès aux commerces.

« Depuis deux semaines, il y a eu quelques améliorations, mais les commerces sont toujours inaccessibles et les employés ont encore de la misère à venir. Il y a eu des interventions très émotives de commerçants qui n’en pouvaient juste plus », a commenté le porte-parole de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), Gopinath Jeyabalaratnam, qui assistait lui aussi à la rencontre.

Une SDC pour la route de l’Église ?

La Ville a également évoqué la possibilité de créer une société de développement commercial (SDC) pour les commerçants de la route de l’Église. La proposition n’a pas été très bien reçue dans le contexte actuel, puisque ce modèle les forcerait à payer des cotisations.

Certains demeurent néanmoins positifs et ont souligné « l’empathie » de la conseillère Savard, elle-même commerçante, signalant ses efforts pour corriger le tir après les déclarations controversées de son collègue Rémy Normand, lequel avait invité les commerçants à réfléchir à l’avenir de leur établissement sur cette artère.

« On va passer au travers. Ça va être une belle rue. On est quand même positifs sur l’avenir de la rue », a résumé Martin Langlois, de Langlois opticien.

Réaménagement de la route de l’Église

  • Budget de 13,6 M$
  • Tronçon de 900 mètres
  • Promenade piétonne de 4,5 mètres du côté est
  • Piste cyclable protégée des automobiles par une bande de plantation
  • Aménagements paysagers et mobilier urbain distinctif

Échéancier du projet

  • Les travaux qui ont le plus d’impact pour les commerçants, du côté est, devraient être terminés d’ici le 24 septembre selon la Ville
  • Le chantier se poursuivra du côté ouest jusqu’en décembre 2019
  • Des travaux de finition (plantation, installation du mobilier urbain, etc.) sont prévus au printemps 2020
Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions