/sports/hockey
Navigation

Une lutte intense chez les joueurs de 20 ans de l’Océanic

Serge Beausoleil
Photo d'Archives, Mario Morissette Serge Beausoleil

Coup d'oeil sur cet article

La situation des joueurs de 20 ans est loin d’être réglée chez l’Océanic de Rimouski.

Si l’entraîneur-chef et directeur général Serge Beausoleil a diminué sa liste de candidats à six en cédant Jordan Lepage aux Cataractes de Shawinigan, la lutte qui se joue depuis l’ouverture du camp risque de grimper d’un cran au cours des prochains jours.

Le gardien Tristan Bérubé, le défenseur Vincent Martineau et les attaquants D’Artagnan Joly, Jeffrey Durocher, Anthony Gagnon et Cédric Paré tentent d’impressionner l’état-major. Toutefois, dans le cas de Bérubé, Beausoleil l’a déjà averti qu’il lui trouvera un autre endroit pour terminer son stage junior.

« Colten Ellis va jouer 55 matchs au moins cette saison. On va s’arranger pour que Tristan évolue sous d’autres cieux. C’est tout un gardien, et surtout, tout un individu. C’est un leader. Ça devrait se faire bientôt », a averti le grand patron de l’Océanic.

Décisions déchirantes

Beausoleil est bien conscient qu’il ne pourra faire plaisir à tout le monde avec seulement trois casiers disponibles pour les joueurs de cet âge. Les équipes doivent remettre leur alignement officiel le 26 août, mais elles peuvent se laisser une marge de manœuvre si elles le désirent.

« On est aux balbutiements. Cet été, je suis allé les rencontrer personnellement au mois de juillet pour leur expliquer que la situation était très différente de l’an passé où on avait acquis [Jimmy] Huntington et [Olivier] Garneau.

« Ce sont tous des 20 ans de qualité que j’aime beaucoup, mais ils ne changeront pas le règlement pour nous. Il va falloir se départir de certains d’entre eux. Dans les faits, je leur demande de rester qui ils sont et de faire ce qu’ils ont fait dans le passé. C’est toujours déchirant », a-t-il reconnu.

Même s’il est prêt à améliorer son club, Beausoleil semble condamné à patienter alors que le marché des transactions piétine. « Il y a un consensus [à travers la ligue] à savoir que les éléments clés ne vont bouger qu’à Noël. »