/investigations
Navigation

Beauharnois n’a plus un sou: un trou de plusieurs millions de dollars

Le maire demande à Québec de venir faire le ménage dans les finances de cette ville de la Montérégie

Le maire de Beauharnois Bruno Tremblay affirme que sa ville est au bord du gouffre financier et qu’il a découvert plusieurs éléments problématiques dans le budget depuis son arrivée en poste à la fin de l’année 2017.
Photo Martin Chevalier  Le maire de Beauharnois Bruno Tremblay affirme que sa ville est au bord du gouffre financier et qu’il a découvert plusieurs éléments problématiques dans le budget depuis son arrivée en poste à la fin de l’année 2017.

Coup d'oeil sur cet article

Des employés municipaux payés à même la marge de crédit, un trou de plusieurs millions de dollars dans les coffres, un budget qui explose ; rien ne va plus à Beauharnois. Son maire appelle Québec à l’aide.

Au cours des derniers mois, notre Bureau d’enquête a récolté plusieurs informations troublantes sur la gestion de cette ville de la Montérégie d’un peu plus de 12 000 habitants.

Le maire de Beauharnois, Bruno Tremblay, ne s’en cache pas. Selon celui qui est arrivé en poste en novembre 2017, la ville est au bord du gouffre. Les états financiers de l’année 2018, rendus publics hier, indiquent que la ville doit gérer un déficit de plus de 1,5 M$ ainsi qu’un redressement à faire de l’ordre de 7,9 M$. Un montant énorme pour cette ville qui dispose d’un budget annuel d’environ 25 M$.

Face à cette situation, et avec des remboursements de prêts à venir au cours des prochaines années, il y a « urgence d’agir », selon le maire Tremblay, qui presse Québec d’intervenir et de mettre le nez dans les finances de Beauharnois.

Rouler sur la marge de crédit

« C’est un appel à l’aide [...] Actuellement, je suis obligé de rouler la ville au quotidien sur une marge de crédit. Pour faire les paies, je suis sur la marge de crédit [...] On n’a plus de liquidités. J’ai un versement de taxe qui va rentrer au mois de septembre et nous donner de l’oxygène. Mais c’est quasiment le supplice de la goutte », a indiqué ce dernier en entrevue avec notre Bureau d’enquête.

La situation ne date pas d’hier. Selon lui, la ville vend des actifs hypothéqués chaque année depuis cinq ans. Depuis son élection, il dit avoir découvert que l’argent ainsi récolté sert à boucler le budget de la ville plutôt qu’à rembourser les prêts en cours. Pendant ce temps, le fardeau financier de Beauharnois s’alourdit, dit-il.

Couper des services

Si cela perdure, le maire estime qu’il devra effectuer des « coupures drastiques » dans les services. Déjà, les citoyens ont dû composer avec une hausse de taxes de 15 % cette année.

Selon les documents consultés par notre Bureau d’enquête, les dépenses de Beauharnois ont doublé de 2013 à 2016, passant de 17 M$ à 30 M$. La dette a aussi triplé de 17 M$ à 52 M$.

Pour prouver à la population que l’heure est grave, le maire Tremblay souhaite que le ministère des Affaires municipales (MAMH) vienne lui-même analyser les états financiers de la ville.

« Il faut que le ministère dise que la récréation est finie », dit ce dernier, qui souhaite obtenir l’autorisation de Québec pour aller chercher un prêt afin de consolider les dettes de la ville.

« Je n’ai pas le choix. Si demain je dois couper dans les services de la ville, je vais avoir un sérieux problème. Lesquels va-t-on couper ? Fermer l’aréna ? Ramasser la neige aux deux jours ? Ce sont toutes des choses qui n’ont pas d’allure », s’inquiète-t-il.

La ville affirme que ses appels à l’aide sont ignorés par le MAMH, ce que le ministère nie.

« C’est toujours lettre morte. Attendez-vous qu’on soit comme Chambly [mise sous tutelle] avant d’intervenir ? Moi, je vous dis de venir le faire avant. Venez mettre les pendules à l’heure », demande le maire.

Citoyens et conseillers ne savent plus qui croire

Pris entre deux versions contradictoires, plusieurs citoyens et conseillers de Beauharnois ne savent plus qui croire sur les finances de leur ville. Font-ils face à une catastrophe ou à un conflit partisan ?

La précédente et l’actuelle administrations se sont affrontées à ce sujet à quelques reprises sur la place publique au cours des dernières années.

Pour le maire Tremblay, la situation financière désastreuse de Beauharnois s’explique entre autres par des dépenses d’exploitation trop élevées au cours des dernières années, ainsi que des décisions douteuses prises avant son arrivée en poste, comme la vente de terrains hypothéqués, pour équilibrer le budget.

L’ancien maire Claude Haineault rejette toutes responsabilités.

« J’entends ça [que la ville est en difficultés], mais je ne le comprends pas. Il y a d’immenses projets en construction. Quand j’ai quitté la ville, il restait 10,8 M$ de surplus, plus un fonds de développement économique de 2 M$ [...] Ils n’ont rien fait à Beauharnois depuis l’élection. Ils ne font que dire que c’est la faute de la dernière administration », martèle-t-il.

Pas facile à suivre

À Beauharnois, des citoyens et des conseillers affirment ne plus savoir qui croire et réclament l’intervention de Québec.

Le conseiller indépendant Alain Savard a déjà déposé une demande à cet effet au ministère des Affaires municipales il y a quelques mois, ne sachant plus sur quel pied danser face aux différentes allégations, nous a-t-il indiqué.

La conseillère indépendante Jocelyne Rajotte, qui a œuvré sous les maires Haineault et Tremblay, ne sait pas non plus où se situer.

Faire parler les chiffres

« C’est difficile de comprendre qui a raison. On a beau nous expliquer, nous amener des chiffres. Des chiffres, ça peut parler d’un côté comme de l’autre. [...] Qui dit vrai ? C’est l’ancien [maire] qui dit qu’il restait de l’argent ou le nouveau [maire] qui dit qu’on a de la difficulté à arriver ? »

Contacté hier, le MAMH a indiqué avoir mandaté dans les derniers mois une équipe qui a relevé des problématiques concernant les finances municipales de la ville.

Contrairement à ce qu’affirme le maire Tremblay, le ministère assure avoir réitéré en juin être disponible pour aider la ville au besoin.

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions