/qubradio
Navigation

Affaire Laurence Vincent-Lapointe: «Je me fous du dopage» - Rodger Brulotte

Affaire Laurence Vincent-Lapointe: «Je me fous du dopage» - Rodger Brulotte
SÉBASTIEN ST-JEAN / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le coloré analyste de baseball Rodger Brulotte y est allé d’une déclaration pour le moins surprenante lors de l’émission Dutrizac sur QUB radio, mercredi.  

Appelé à réagir à la nouvelle concernant les allégations de dopage qui frappent la canoéiste québécoise Laurence Vincent-Lapointe , Brulotte a laissé entendre que la prise de produits dopants par des athlètes ne le dérangeait pas.   

  

  

«Moi, le dopage, je m’en fous de ça. Si tu prends quelque chose qui va nuire à ta santé, vis avec cela. C’est ta décision», a-t-il confié, sachant que cette façon de voir ne ferait pas l’unanimité.   

Victime du système  

Questionné par l’animateur Benoit Dutrizac à savoir si Vincent-Lapointe est une victime du système, Brulotte est catégorique.   

«Sans aucun doute. Parce que l’encadrement n’est pas là. [...] Souvent, ce que je trouve dommage pour nos athlètes amateurs, c’est qu’ils ne sont pas assez bien entourés et se font pénaliser sans le savoir», a-t-il martelé.   

Ayant échoué à un contrôle antidopage à la fin du mois de juillet, Vincent-Lapointe risque une suspension de quatre ans. Une substance interdite appelée le ligandrol a été trouvée dans un échantillon d’urine de la canoéiste.   

Cette dernière a clamé son innocence et une enquête déterminera si elle a volontairement ou non ingéré cette substance interdite.

ÉCOUTEZ l'entrevue de Mélanie Olivier, nutritionniste sportive, sur QUB radio:

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions