/finance/business
Navigation

La Vieille Maison du Spaghetti fermera ses portes

La Vieille Maison du Spaghetti sur Grande Allée doit fermer ses portes le mois prochain.
Photo Stevens Leblanc La Vieille Maison du Spaghetti sur Grande Allée doit fermer ses portes le mois prochain.

Coup d'oeil sur cet article

Après 43 ans, l’établissement La Vieille Maison du Spaghetti fermera ses portes sur Grande Allée en septembre. Une quarantaine de personnes se retrouveront au chômage.

En juillet dernier, la direction de l’établissement a fait parvenir un avis de licenciement collectif au ministère du Travail. L’édifice a été vendu au cours des derniers mois. 

«Il n’y a pas une raison en particulier pour expliquer ma décision, c’est un peu en raison de tout. Il y a notamment le manque de personnel et les taxes qui sont excessives. Je ne peux pas vendre un spaghetti à 35 $. À un certain moment, tu ne fais plus de profit et tu dois travailler au moins six jours par semaine pour même pas le salaire minimum. C’était une grosse maison à entretenir», explique au Journal le propriétaire Jean-Guy Drolet, ne cachant pas qu’il est déçu par la tournure des événements. 

L’homme d’affaires, qui estime avoir atteint l’âge de la retraite, soit 65 ans, affirme avoir essayé de vendre son établissement dans sa forme actuelle. Les nouveaux propriétaires, dont le projet n’est pas connu pour le moment, ont seulement acheté l’édifice, dit-il, préférant ne pas en dire plus sur la prochaine vocation du site. 

Ouverte en 1976

Ouverte en 1976 dans une propriété construite en 1899, La Vieille Maison du Spaghetti a longtemps été un restaurant prisé par les touristes. L’établissement de trois étages compte environ 350 places assises ainsi qu’une terrasse pouvant accueillir une centaine de personnes. 

«Ce qui nous faisait vivre, ce sont les groupes. Nous avions beaucoup de touristes, des Asiatiques et des Français. Les coûts augmentent et c’était très difficile d’augmenter les tarifs pour ces entreprises», avance au bout du fil M.Drolet.

«À un certain moment, tu travailles pour rien. Il y a deux ans, on payait une caisse de salade 20 $, aujourd’hui c’est 35 $. Là, nous sommes tannés. Je ne suis plus capable de continuer», ajoute celui qui a eu des associés par le passé. 

Il faut dire que La Vieille Maison du Spaghetti a déjà eu des antennes, il y a plus de 20 ans, à Beauport ainsi qu’en basse ville, rappelle M. Drolet. Ce dernier travaille dans l’établissement de la Grande Allée depuis maintenant 40 ans. 

Initialement, le restaurant appartenait à son beau-père.