/news/health
Navigation

Le temps d’attente dans les urgences continue d’augmenter

Coup d'oeil sur cet article

Le temps d’attente dans les urgences continue d’augmenter au Québec, et ce malgré une diminution du nombre de patients traités en 2018-2019, selon une publication de l’Institut économique de Montréal (IEDM) dévoilée mercredi.

Selon les données recueillies auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux, le temps d’attente à l’urgence a augmenté de 14 minutes pour les patients sur civière (pour un total de 9,4 heures), de deux minutes pour les patients ambulatoires (total de 3,3 heures) et de cinq minutes pour l’ensemble des patients (total de 4,6 heures). 

«Ces augmentations de la durée de séjour ne sont pas énormes, mais elles finissent par s’additionner. L’autre problème est la tendance observée. Malgré les centaines de millions ajoutés chaque année dans le système et les multiples réformes, les gouvernements sont incapables de renverser la tendance», a déclaré l’auteur de la publication, Patrick Déry, analyste associé senior à l’IEDM. 

Il note également que ces augmentations se produisent alors que le nombre de patients diminue. En 2018-2019, le nombre total de visites à l’urgence a en effet baissé de 1,7%. 

«Compte tenu du vieillissement de la population et des besoins accrus qui vont se faire sentir au cours des prochaines années, la performance du réseau de la santé est inquiétante, a ajouté M. Déry. Si l’attente augmente alors que le nombre de visites baisse, comment le réseau pourra-t-il composer avec le vieillissement de la population?».