/sports/hockey
Navigation

Brock Boeser veut beaucoup d’argent

Brock Boeser veut beaucoup d’argent
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Toujours joueur autonome avec compensation, l’attaquant des Canucks de Vancouver Brock Boeser espère toucher un magot important d’ici le début du camp d’entraînement de l’équipe, prévu le 13 septembre à Victoria.

Selon le quotidien local The Province, celui ayant amassé 56 points en 69 rencontres la saison passée souhaite obtenir une entente d’environ 28 millions $ pour quatre ans. Son agent Ben Hankinson estime que le patineur de 22 ans peut être avantageusement comparé aux autres hockeyeurs se trouvant dans une situation contractuelle similaire.

Aussi, si le directeur général Jim Benning accepte d’offrir ce pacte à Boeser, ce dernier pourrait profiter à nouveau de l’autonomie partielle au terme du contrat.

«Cela me fait peur quelque peu, a admis le DG qui a lui-même paraphé une entente avec les Canucks cette semaine. Nous examinons toutes nos options et nous discutons quant à ce que le court et le long terme pourraient ressembler.»

À titre comparatif, Benning a évoqué les joueurs d’avant Timo Meier, qui a obtenu 24 millions $ pour quatre ans de plus avec les Sharks de San Jose, et Kyle Connor, toujours en attente d’un contrat des Jets de Winnipeg.

«Ce sont quelques-uns des noms que nous avons prononcés, a avoué le DG. Le camp de Boeser a été raisonnable dans ses demandes et nous continuons de parler afin de trouver des points en commun. J’ai confiance de régler le tout avant le camp, mais nous n’y sommes pas encore.»

Un autre cas

Par ailleurs, Benning doit aussi s’entendre avec l’ailier Nikolay Goldobin, également joueur autonome avec compensation. Retranché plus souvent qu’à son tour, le Russe a récolté 27 points en 63 sorties l’an dernier. Avec seulement 5 millions $ libres sur sa masse salariale, le dirigeant devra jongler un peu avec ses effectifs s’il veut respecter la limite, même si la blessure de l’attaquant Antoine Roussel, opéré au genou au printemps, pourrait lui permettre de réduire sa masse momentanément.

«Les gars méritant d’être ici le seront et j’aurai probablement à prendre des décisions déchirantes. Cependant, nous avons quelques options. Tout dépendra du camp», a résumé Benning.