/opinion/columnists
Navigation

Cégeps: pour la philo et le français

Jean-François Roberge
Photo d’archives, Simon Clark Jean-François Roberge

Coup d'oeil sur cet article

Certains mots allument toutes les lumières rouges de mon tableau de bord intellectuel.

L’un d’eux est « modernisation », surtout dans le domaine éducatif.

Je ne prône pas une école figée, mais au Québec, la « modernisation » éducative a souvent été synonyme de dilution et de nivellement vers le bas.

Prudence

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, se dit ouvert à une « modernisation » de la formation générale au cégep.

Il se dit contre une « diminution » ou davantage de cours optionnels. Excellent.

Mais il se dit ouvert à ce qu’on regarde comment rendre cette formation plus « attrayante ».

C’est là qu’il faut être prudent, car le passé annonce souvent l’avenir.

Au Québec, quand on demande aux étudiants ou aux « intervenants » du milieu ce qu’ils entendent par « modernisation » ou par une formation plus « attrayante », on connaît d’avance la réponse.

D’une part, on réclamera une formation « plus-utile-pour-la-vraie-vie-et-le-marché-du-travail ».

D’autre part, on réclamera la suppression ou la dilution des matières avec lesquelles les jeunes ont des difficultés au nom du « collons-à-leur-vécu-pour-capter-leur-intérêt ».

Cette double réponse est... doublement fausse.

L’utilitarisme et l’accent sur le « vécu » rapetissent et appauvrissent l’esprit des jeunes.

Oui, l’une des finalités de l’éducation est de préparer au marché du travail.

Mais c’est loin d’être la seule, et pas la principale pour les collégiens qui se dirigeront ensuite à l’université.

Il faut former plus que des travailleurs. Il faut former des citoyens.

De toute façon, finira-t-on par comprendre qu’il est illusoire, sauf en termes très généraux, de prédire quels seront les besoins du marché du travail dans 20 ans ?

Il ne faut pas outiller les jeunes en « compétences » vite dépassées. Il faut former des têtes polyvalentes capables d’aller chercher ce qu’elles estimeront nécessaire.

Les jeunes, eux, voudront la suppression de ce qu’ils trouvent ardu : la lecture, l’écriture, l’abstraction, le raisonnement.

Au nom d’un pseudo-réalisme, les dirigeants du réseau pousseront souvent dans le même sens.

Avec cette double perspective utilitariste et simplificatrice, quels seront inévitablement les deux cours les plus menacés dans la formation générale collégiale ?

Ce seront les cours de philosophie et de français.

Beaucoup de jeunes, obsédés à 18 ans par la soif de consommer, trouvent inutile de se confronter aux grandes questions de l’existence et d’apprendre à raisonner.

Ils ont tragiquement tort.

Des cours de philosophie, il n’en faudrait pas moins, mais plus.

Dans les cours de français, la lecture de romans classiques est ardue pour des jeunes habitués aux textes des médias sociaux et qui vivent dans un univers d’images.

La « modernisation », c’est de leur faire lire des textes courts, contemporains, souvent mineurs, parfois insignifiants.

Rupture

On se trompe en pensant que le jeune, quand il entre à l’école, doit retrouver un monde familier.

Il faut au contraire qu’il ait le sentiment de rompre avec son quotidien et d’entrer dans une contrée excitante et mystérieuse.

Il ne faut pas abaisser le système à son niveau. Il faut que le système le tire vers le haut.

Difficile pour lui ? Oui, comme la vie qui l’attend.