/sports/football
Navigation

Garneau veut encore surprendre en 2019

L’équipe de Claude Juneau est prête à rééditer ses exploits de l’an dernier

Dorian Daniel-Royal (52) entend bien poursuivre sur sa lancée de la saison 2018 qui s’est conclue par une présence au Bol d’Or.
Photo Stevens LeBlanc Dorian Daniel-Royal (52) entend bien poursuivre sur sa lancée de la saison 2018 qui s’est conclue par une présence au Bol d’Or.

Coup d'oeil sur cet article

Les Élans de Garneau voudront-ils prouver que leur présence en finale du Bol d’Or n’était pas un coup de chance?

«On a peut-être surpris bien du monde en atteignant le Bol d’Or, mais pas nous, assure l’entraîneur-chef Claude Juneau. On sera peut être plus attendu, mais je ne pense pas qu’on nous a pris à la légère l’an dernier parce qu’il y a tellement de parité dans le circuit et des entraîneurs d’expérience qui savent très bien qu’il s’agit d’une bataille à chaque semaine.».

«On va y aller une semaine à la fois, mais on pense qu’on peut rivaliser avec tout le monde et l’objectif est de disputer le dernier match de l’année, de poursuivre Juneau. Nous sommes dans une belle position avec de la profondeur partout. Les vétérans sont prêts à prendre l’héritage par nos finissants et nous avons un bon amalgame de recrues.»

Dorian Daniel-Royal abonde dans le même sens. «L’objectif ultime est de disputer le dernier match de l’année, a résumé le plaqueur de 3e année qui a reçu des offres de bourse de UMass, Buffalo et Maine. La saison 2018 est terminée, mais la saison 2019 peut être aussi bonne sinon plus spéciale. La chimie fait une grosse différence. Nous serons de pied ferme, mais on va arriver de la même façon avec le couteau entre les dents.»

La ligne défensive des Élans sera à surveiller. En plus de Daniel-Royal, les finalistes du Bol d’Or misent sur le vétéran Michaël Bernier ainsi que les frères Cédric, qui est de retour après avoir été à l’écart l’an dernier en raison d’une blessure au dos et non pour des raisons académiques, et Anthony Lamontagne, une recrue qui a percé l’alignement de l’équipe du Québec cet été.

«Nous avons eu un bon recrutement sur la ligne défensive, a indiqué Bernier, et les vétérans sont là pour aider. Il y a un bon mélange.»

Juneau prévoit miser sur une défensive intense avec les secondeurs Alexandre Knox et Mathieu Proteau pour compléter le travail le travail de la ligne défensive.

Le vétéran Tristan Blais sera de nouveau aux commandes de l’offensive des Élans et misera sur des éléments dangereux. «Tristan est en avance et il contrôle ce qu’il fait, a mentionné Juneau. Nous avons deux porteurs d’expérience en Émile Malenfant et Olivier Lapointe. Nous avons un groupe de receveurs spécial avec Gabriel Faucher, Cédric Leroux, Étienne Landry et Mikel-Ange Desjardins. Nous avons eu un bon recrutement à la position de receveur.

Sur la ligne offensive, les Élans miseront sur deux bloqueurs de 3e année en Félix-Antoine Paris et Samuel Saint-Jean ainsi que les recrues Félix-Olivier Leclerc et Fabrice Thériault.