/news/green
Navigation

Impressionnant nuage d’insectes dans un camping de la Mauricie

Impressionnant nuage d’insectes dans un camping de la Mauricie
Capture d'écran, Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Un nuage d’insectes, un phénomène rare et spectaculaire, en a mis plein la vue à des vacanciers d’un camping de Sainte-Geneviève-de-Batiscan, en Mauricie.  

Julie Casabon campait au Camping Parc de la Péninsule lorsqu’elle a senti quelque chose qui bougeait dans son cou. En levant les yeux vers le ciel, elle a vu un nuage impressionnant de bestioles.       

 

  

«Elles se collaient partout où il y avait des feux, sur les lumières. Sur le terrain de tennis, c’était hallucinant, je n’ai jamais vu quelque chose comme ça de ma vie», a raconté la campeuse.       

Dans les vidéos qu’elle a filmées et fait parvenir à TVANouvelles.ca, on peut voir la couche épaisse d’insectes morts accumulés sur une tablette ainsi que l’épais nuage autour d’une source de lumière.       

Abbie Dufresne, une employée du camping qui habite juste en face, a également été témoin du phénomène.       

La jeune femme était dans le salon chez elle avec sa famille lorsque quelqu’un a remarqué la quantité phénoménale d’insectes dans le ciel vers 20h30.       

«Ça a duré au moins 60 minutes», a expliqué Mme Dufresne à TVANouvelles.ca.       

 

Quel insecte?  

Pour Harold Leavey, spécialiste en gestion parasitaire et entomologiste de formation, il s’agit sans aucun doute de mannes, une catégorie d’insectes à antennes qui ont la particularité de vivre seulement quelques heures.       

Le Camping du Parc de la Péninsule se situe littéralement au milieu de deux bras de la rivière Batiscan, un endroit propice à la prolifération des éphémères, qui passent la plus grande partie de leur vie dans l’eau, explique M. Leavey.       

«Probablement que le vent a poussé les mannes vers le camping», a-t-il ajouté.       

Les éphémères sont particulièrement attirés par la lumière; elles se reproduisent en vol.       

«Nous sommes dans la période des mannes, qui dure environ 10 jours maximum», a poursuivi M. Leavey.       

Le mâle meurt après l’accouplement, et la femelle, après la ponte des œufs dans l’eau.       

Même si les éphémères semblent «ne pas servir à grand-chose», elles prennent part à la chaîne alimentaire et servent de nourriture à d’autres animaux.