/opinion/columnists
Navigation

Majeurs et délaissés

Autiste, bientôt majeur
Photo courtoisie Benjamin dans Autiste, bientôt majeur

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez vu la série documentaire Autiste, bientôt majeur, dont le premier épisode a été diffusé à Moi & Cie hier soir ? Avec Charles Lafortune, Sophie Prégent et Mathieu Gratton ?

Au-delà de la question des services offerts aux personnes atteintes du spectre de l’autisme, ce documentaire pose une autre question essentielle, dont on parle trop peu.

Pourquoi l’État abandonne les personnes vulnérables dès qu’elles ont 18 ans – ou dès qu’elles sortent du système scolaire, à 21 ans ?

 

LE MIRACLE DE LA MAJORITÉ

Charles Lafortune et Sophie Prégent m’en ont déjà parlé en entrevue.

Leur pire inquiétude est : « Qu’est-ce qui va arriver à notre fils quand on ne sera plus là ? Qui va s’en occuper ? »

Ça les empêche de dormir.

L’État offre de nombreux services aux personnes atteintes du spectre de l’autisme. Mais quand ces personnes atteignent l’âge de la majorité, c’est... « Merci, bonsoir. Maintenant, débrouille-toi, tu es un adulte ! »

Comme si le jour de tes 18 ans, tous tes problèmes disparaissaient comme par magie ! Tu avais de la difficulté à fonctionner en société il y a 12 heures ?

Tadam ! Maintenant, tout est réglé !

C’est le miracle de la majorité !

Or, ce n’est pas parce que tu as 18 ans que tu n’as plus besoin d’aide.

Vous rappelez-vous le documentaire de Paul Arcand sur les enfants de la DPJ ? Arcand allait au parc Émilie-­Gamelin, à Montréal, et demandait à un groupe de jeunes sans-abri combien d’entre eux étaient passés par la DPJ.

Presque tous les jeunes levaient la main. L’image était percutante.

C’était tous des jeunes poqués que l’État avait laissé tomber le jour de leur dix-huitième anniversaire.

Et qui ont pris le chemin de la rue. Avec tous les problèmes qui viennent avec : alcool, drogues, prostitution...

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

UNE PERSONNE RESPONSABLE ?

Tu as un frère vulnérable de 19 ans qui est tombé dans les griffes d’une secte ?

Tu ne peux rien faire.

Car il est majeur et vacciné.

« Oui, mais il est perdu, dépressif, facilement manipulable, peu outillé pour affronter les difficultés de la vie... »

— Ça ne fait rien, Monsieur, il a 19 ans, il est considéré comme apte à diriger sa vie. Quand tu as 19 ans, tu es un adulte et l’on croit que tu prends tes décisions de façon éclairée et responsable... »

Idem pour une fille de 19 ans qui décide de se laisser mourir au bout de son sang parce qu’une bande de crackpots lui ont lavé le cerveau.

Elle est majeure, donc elle sait ce qu’elle fait.

Pourtant, 18 ans, ce n’est qu’un chiffre sur un calendrier ! Ce n’est pas une potion magique !

ET MAINTENANT ?

Alors, imaginez les inquiétudes de parents qui voient leur enfant atteint du spectre de l’autisme approcher de l’âge de la majorité.

Ils se demandent : « Et maintenant ? C’est quoi, la suite ? Quand il va sortir de l’école, on va faire quoi ? »

Cette question, elle doit leur trotter dans la tête du matin au soir et du soir au matin.

« Comme société, on n’a pas le droit de laisser tomber ces gens-là », de dire Sophie Prégent.

Tout à fait.