/finance/business
Navigation

Stratégie navale: Ottawa veut éviter les poursuites

Le ministre Duclos croit toujours que Davie est en bonne position pour devenir un partenaire du fédéral

Stratégie navale: Ottawa veut éviter les poursuites
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Ottawa a accepté de repousser la date de fermeture du processus pour dénicher le troisième chantier maritime canadien pouvant soumissionner dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale afin d’éviter des poursuites.

« Nous sommes à une étape cruciale où les choses doivent se faire correctement. On veut éviter des poursuites judiciaires qui pourraient traîner des mois et des années. C’est pour cette raison que la rigueur dans ce processus est fondamentale », a indiqué, lors d’une conférence de presse, le ministre fédéral Jean-Yves Duclos.

Ce dernier considère toujours le Chantier Davie comme étant en bonne position pour devenir le prochain partenaire du fédéral. Il a toutefois souligné, jeudi en avant-midi, que le manque de personnel nuit au développement de l’entreprise de Lévis.

« Propos inexacts »

« À Davie, ce dont on se plaint présentement, c’est de ne pas trouver assez rapidement de soudeurs, ce qui empêche une partie de leur développement », a affirmé le ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social.

En après-midi, il a toutefois tenu à rectifier le tir après qu’une source à l’interne chez Davie eut assuré au Journal que le manque de soudeurs n’était pas un enjeu.

« C’était des propos inexacts de ma part. Il ne manque pas de soudeurs. [...] Ce que j’attends de la direction de l’entreprise, c’est qu’elle a tout ce qu’il faut pour répondre aux exigences du gouvernement canadien », souligne-t-il.

Le ministre Jean-Yves Duclos lors de l’annonce d’un contrat de 500 M$ au Chantier Davie, le 16  juillet dernier.
Photo d’archives, Jean-François Desgagnés
Le ministre Jean-Yves Duclos lors de l’annonce d’un contrat de 500 M$ au Chantier Davie, le 16 juillet dernier.

Sept jours de plus

Jeudi, Le Journal révélait que le gouvernement avait accepté de prolonger de sept jours la période d’inscription pour le troisième chantier maritime à la demande de la compagnie ontarienne Heddle Shipyards. Cette dernière a confirmé son intérêt.

Rappelons que le chantier sélectionné devrait hériter de la construction de six brise-glaces pour la Garde côtière. La facture pourrait être de plusieurs milliards de dollars.

« Ce processus devrait nous mener, si tout va bien, à l’intégration du Chantier Davie dans la nouvelle Stratégie nationale de construction navale. Si on y arrive, on va réparer une erreur historique faite par le gouvernement conservateur en 2011 », a avancé M. Duclos.

Du côté de la CSN, le syndicat qui représente les travailleurs chez Davie, on craint que les annonces des derniers mois du fédéral ne soient que de la « poudre aux yeux » à quelques jours du déclenchement d’une nouvelle campagne électorale.

La présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches, Ann Gingras, espère que le gouvernement ne se servira pas du manque de main-d’œuvre au Québec pour remettre en doute les capacités du Chantier Davie.

« C’est clair qu’il y a beaucoup de gens qui ont été mis à pied en raison du manque de contrats au cours des dernières années, mais ils souhaitent retourner au chantier. Ils veulent avoir une stabilité », dit-elle.

— Avec la collaboration de Diane Tremblay

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.