/news/provincial
Navigation

Rémy Normand invité à changer de ton ou à céder sa place

Le conseiller Jean Rousseau réclame une sensibilité pour les commerçants

Rémy Normand
Photo d'archives Jean-François Desgagnés Rémy Normand

Coup d'oeil sur cet article

Le conseiller d’opposition Jean Rousseau invite le président du RTC, Rémy Normand, à céder sa place de porte-parole dans le dossier du tramway de Québec « s’il n’est pas capable de changer de ton ».

« De grâce, que l’on ait un autre porte-parole que Rémy Normand », a échappé le seul élu de Démocratie Québec alors qu’il s’exprimait sur l’indemnisation des commerçants pendant le mégachantier du réseau structurant.

« S’il n’est pas capable de changer de ton, que l’on change de porte-parole », a-t-il précisé ensuite.

Jean Rousseau a reproché à Rémy Normand son manque de « sensibilité » et son « attitude arrogante » pour avoir dit aux commerçants de la route de l’Église que leur artère n’avait « pas évolué beaucoup au cours des dernières années ».

« Si on n’est pas capable de gérer la route de l’Église, comment on va gérer le projet du tramway, qui va être encore plus important et encore plus éprouvant pour les citoyens ? » s’est interrogé M. Rousseau.

Le conseiller municipal Jean Rousseau
Photo d'archives Jean-François Desgagnés
Le conseiller municipal Jean Rousseau

 

Baisse de taxes

Le conseiller réclame une baisse de taxes pour les citoyens et les commerçants qui subiront un préjudice important pendant la construction du tramway.

« Ces gens-là vont vivre un supplice pendant quatre ans, alors il faut qu’on envoie un signal fort », estime M. Rousseau, qui a aussi salué que l’apport du fédéral au budget soit maintenant assuré.

Plus tôt, le leader de l’opposition Jean-François Gosselin s’était dit préoccupé que certains commerces ferment si le programme de dédommagement n’est pas assez généreux.

« Ma préoccupation, c’est que les commerçants ne puissent pas passer au travers, que l’on perde des gens comme c’est le cas sur la route de l’Église », a tonné le chef de Québec 21.

Labeaume indigné

Le maire Régis Labeaume n’a pas voulu discuter de l’indemnisation des commerçants, pas plus qu’il n’a voulu aborder la question de l’attitude de Rémy Normand. M. Labeaume a préféré s’attaquer au conseiller Jean Rousseau, qui a très mal choisi son moment selon lui.

La maire invite son adversaire à répéter ses propos au conseil municipal.

« J’ai trouvé extrêmement déplacés les commentaires de M. Rousseau. Quand quelqu’un a des problèmes de santé, on le laisse tranquille, a-t-il lancé en référence à la convalescence de M. Normand. M. Rousseau a été tout à fait mesquin et cheap. Ça ne se fait pas. M. Rousseau est quelqu’un qui manque de courage. Il dit beaucoup de vilaineries. C’est très triste ce qu’il a fait. »

- Avec la collaboration de Jean-François Racine