/news/transports
Navigation

Une compagnie chinoise rêve d'un pont sur le Saguenay

Coup d'oeil sur cet article

Une compagnie d’ingénierie chinoise souhaite construire un pont sur la rivière Saguenay, ainsi qu'un nouveau tronçon ferroviaire qui doit relier le Saguenay à la Manicouagan. 

Dans cette optique, la compagnie d’ingénierie chinoise Sichuan Chuankang Wubang s’est inscrite au registre des lobbyistes au début du mois d’août. Elle dépensera plus de 200 000 $ pour embaucher un lobbyiste jusqu’en juillet 2020. 

«L’entreprise chinoise a déjà donné des contrats à un lobbyiste pour la représenter au Canada. L’entreprise canadienne de lobbyisme a approché Innovation et Développement Manicouagan pour en savoir plus sur le projet QcRail. Et là, ç'a tourné un peu vers le pont [du Saguenay]», a expliqué le préfet de la Manicouagan, Marcel Furlong. 

De son côté, le président de la Société du pont sur le Saguenay se réjouit de voir un premier joueur d’importance s’intéresser au projet. «Bienvenue à ces gens-là. Plus il y aura de la compétition, plus ça améliorera nos chances», a souligné Marc Gilbert. 

QcRail est toujours à l’étape de compléter le financement d’une étude de préfaisabilité. Innovation et Développement Manicouagan pilote ce projet qui consiste à construire, entre autres, un nouveau tracé de chemin de fer de 370 kilomètres entre Dolbeau et Baie-Comeau. 

«Ça fait partie des offres des Chinois. C’est qu’en plus de l’ingénierie, ils peuvent proposer de le construire à leur frais ou d’offrir d’autres méthodes de financement au gouvernement. Mais le dossier n’est pas assez avancé pour qu’on s’engage avec des fournisseurs de services», a rappelé le préfet Furlong. 

Rappelons que l’automne dernier, un projet d’aciérie, en partenariat avec une firme d’ingénierie chinoise, avait été annoncé dans la Manicouagan.