/sports/others
Navigation

De l’escalade dans la piscine du parc Jean-Drapeau

De l’escalade dans la piscine du parc Jean-Drapeau
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La deuxième édition du Psicobloc Open Series Canada, événement incontournable dans le domaine de l’escalade, s’amorcera en fin de semaine au parc Jean-Drapeau de Montréal. La grimpeuse de renommée internationale Sasha DiGiulian sera en ville pour l’occasion afin de partager son expertise. 

Un mur d’escalade de 15 mètres a été installé au-dessus de la piscine du parc, permettant d’amortir la chute des quelques téméraires qui affronteront l’imposante structure. 

«Normalement, en escalade, les grimpeurs sont attachés. Ici, ils n’ont pas d’équipement donc c’est plus stressant pour eux. C’est une compétition au temps alors ils doivent aussi penser à aller vite», déclare Ulric Rousseau, l’organisateur de l’événement. 

L’homme de 42 ans a pratiqué son sport pendant 25 ans, mais a délaissé la compétition pour se pencher sur l’élaboration d’événements en plus de représenter plusieurs compagnies d’équipement. Le Psicobloc, qui devrait accueillir près de 5000 amateurs, sera l’occasion de faire connaître le sport à un large public. 

Il faut dire que l’escalade est un sport très en vogue dernièrement, puisque la discipline fera partie des Jeux olympiques pour la toute première fois, à Tokyo en 2020. Montréal n’est pas en reste cependant. 

«On est vraiment chanceux, car Montréal est La Mecque des gyms intérieurs d’escalade, déclare Rousseau. Il y a au moins 15 gyms d’escalade autour de Montréal et l’intérêt pour cette discipline est grandissant au Québec.» 

Une invitée de marque 

Cette année, l’événement comptera sur la présence de la légende américaine de l’escalade, malgré ses 26 ans, Sasha DiGiulian. Invitée comme conférencière, DiGiulian s’est retirée de la compétition d’escalade intérieure il y a trois ans afin de se concentrer sur les expéditions et l’escalade en milieu naturel. 

«Je travaille en gymnase avec mon entraîneur et je grimpe à l’extérieur le plus souvent que je peux. Quand je me prépare pour une grosse expédition, je m’exerce environ six fois par semaine, à l’intérieur et à l’extérieur», soutient DiGiulian, rejointe par courriel. 

DiGiulian est une championne panaméricaine de sa discipline, en plus d’être invaincue depuis 2004. À l’extérieur, elle compte 30 premières ascensions féminines et 15 premières ascensions, faisant de l’Américaine l’une des vedettes de l’escalade, en plus d’avoir un grand bassin d’admirateurs sur les réseaux sociaux. 

De plus, la grimpeuse est une habituée de Montréal. «J’adore Montréal! C’est l’endroit où j’ai remporté ma première compétition de la ligue féminine (adulte). J’ai aussi terminé deuxième au championnat national canadien lorsque j’avais 12 ans, en 2004, au gymnase Allez Up. Ma mère a grandi et vit toujours à Montréal et j’ai passé mon enfance à Mont-Tremblant. Je viens souvent visiter ma mère à Montréal», mentionne-t-elle. 

La finale du Psicobloc Open Series Canada aura lieu dimanche. Plusieurs activités comme du yoga et de la slackline seront aussi en démonstration lors du week-end.