/news/currentevents
Navigation

Des sueurs froides pour Lac-Mégantic

Un wagon a déraillé en Estrie hier, trois mois après un avis qui soulignait plusieurs défectuosités dangereuses.

Coup d'oeil sur cet article

Transports Canada avait averti la direction du chemin de fer Central Maine & Quebec Railway que les rails en Estrie étaient en piteux état, trois mois avant qu’un wagon déraille à Nantes, près de Lac-Mégantic, hier matin. 

La nouvelle avait de quoi donner des sueurs froides aux résidents de Lac-Mégantic. Vers 9 h, un wagon a déraillé avant de remonter sur les rails, à Nantes, située à une douzaine de kilomètres du drame de 2013. À l’époque, un convoi de la Montreal, Maine & Atlantic avait dévalé une pente à partir de Nantes.

Il n’y a pas eu de blessé ni de déversement de matières dangereuses. Rien de comparable à la tragédie du 6 juillet 2013, quand le déraillement d’un train de pétrole avait fait 47 morts au centre-ville de Lac-Mégantic. 

L’événement d’hier a néanmoins ravivé de douloureux souvenirs chez les citoyens du secteur.

Robert Bellefleur
Capture d'écran, TVA Nouvelles
Robert Bellefleur

« Les gens de Lac-Mégantic se sont encore réveillés avec la peur au fond du ventre », indique le porte-parole de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, Robert Bellefleur.

Transports Canada avait pourtant émis un avis le 7 mai dernier, ordonnant à la Central Maine & Quebec Railway (CMQR) de prendre des mesures pour remédier à la forte augmentation de rails défectueux dans ce secteur, qui risquent de provoquer des déraillements.  

Capture d'écran, TVA Nouvelles

« L’inspection nous a permis d’observer plusieurs situations et préoccupations urgentes nécessitant des réparations immédiates ou l’application de restrictions de vitesse », indique l’avis, dont Le Journal a obtenu copie. 

Un wagon a déraillé avant de remonter seul sur les rails, près de Lac-Mégantic.
Photo Courtoisie, Robert Bellefleur
Un wagon a déraillé avant de remonter seul sur les rails, près de Lac-Mégantic.

Sécurité 

« [...] Je suis d’avis que la situation actuelle risque de compromettre de façon imminente la sécurité ferroviaire », a par ailleurs indiqué l’inspecteur Jean-René Gagnon. 

Photo Courtoisie, Robert Bellefleur

Or, CMQR n’a pas remédié à la situation, selon M. Bellefleur. Il interpelle directement le ministre des Transports, Marc Garneau.

« Lui qui se targue du fait que la sécurité ferroviaire s’est améliorée depuis la tragédie de Lac-Mégantic, je pense qu’il devrait venir constater qu’on est encore à la merci des déraillements de matières dangereuses », lance-t-il.  

La nouvelle mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, souhaite parler au ministre Garneau et à un responsable de CMQR dans les prochains jours.  

« Je m’attends à des réponses de leur part. Comment on explique ce déraillement, et comment on peut faire pour l’éviter ? », demande-t-elle, ferme.