/weekend
Navigation

Dernier été au bord de la mer

Jeanne M. Blasberg
Photo courtoisie, Sharona Jacobs Jeanne M. Blasberg

Coup d'oeil sur cet article

Dans son premier roman, un best-seller lauréat de nombreux prix, l’Américaine Jeanne M. Blasberg raconte la vie de trois générations de femmes occupant une belle maison au bord de la mer, sur la côte Est américaine. Le domaine devra être vendu pour des raisons financières – c’est l’occasion pour toute la famille d’y passer un dernier été. Mais aussi le moment de lever le voile sur un secret.

Lorsque son mari Dan meurt subitement, Becca Meister Fitzpatrick découvre qu’elle n’a presque plus d’argent et que la maison de vacances familiale occupée depuis trois générations, Eden, doit être vendue. Toute la famille se réunit au bord de la mer, à Long Harbor, dans l’espoir de profiter de son dernier été dans cette villa de rêve.

Becca compte profiter des festivités du 4 juillet pour faire d’autres révélations aux gens de sa famille. Mais plus la date approche, plus elle replonge dans ses propres souvenirs, et revoit le destin tragique de sa propre mère. Dans la moiteur de l’été, elle se prépare à bouleverser un siècle d’histoire familiale.

Trois générations de femmes partageront leurs secrets et leurs points de vue, les uns conservateurs, les autres plus avant-gardistes­­­, lorsque Becca sera confronté à la grossesse de Sarah, sa petite-fille de 27 ans qui se montre beaucoup plus insouciante qu’elle face à ses responsabilités.

« Il m’a fallu une dizaine d’années pour écrire Eden, un roman qui m’a été inspiré par des interrogations qui entouraient ma propre naissance, dit Jeanne M. Blasberg en entrevue. Je n’ai pas été adoptée, mais ma mère est tombée enceinte quand elle était encore au collège. On a tendance à accorder beaucoup d’importante à notre naissance et à se sentir responsable du destin heureux ou malheureux de nos parents. »

« Il y a une vingtaine d’années, mon mari a découvert qu’il avait un frère. Cette révélation, jumelée à mes propres sentiments, m’a fait réfléchir sur les grossesses non désirées et les différentes options dont les femmes disposaient au cours du 20e siècle, ajoute-t-elle. Il y a eu des changements très rapides, d’une génération à l’autre. Je voulais créer une dynamique où des femmes de plusieurs générations, toutes dans la même famille, avaient différents choix qui étaient sources de secrets, de ressentiments et d’incompréhension. »

Au Rhode Island

Jeanne M. Blasberg explique qu’il y a une vingtaine d’années, sa famille a également commencé à fréquenter une petite station balnéaire du Rhode Island, près de Westerly.

« J’étais fascinée par ces anciennes maisons en bardeaux de cèdre et les traditions qu’avaient les familles qui y retournaient, été après été. Ce n’était vraiment pas ma situation, mais je me suis fait des amies qui cohabitaient, le temps des vacances, avec leur mère, leur grand-mère, leur belle-sœur. La dynamique est intéressante, et cyclique : c’est amusant et agréable au début... mais plus l’été avance, plus il survient toutes sortes de situations qui tournent parfois au drame. »

Différentes mentalités

L’interaction entre les femmes de différentes générations et la comparaison entre les mentalités des années 1950, 1970, 1990 apporte beaucoup de profondeur à l’histoire.

« J’avais un avantage : je suis une femme, j’ai des enfants, j’ai habité avec ma belle-mère, et j’ai vécu, adulte, avec ma grand-mère. Je voulais maintenir un fil conducteur et faire en sorte que l’histoire d’Eden ressemble à un mauvais sort qui devait être finalement rompu. »

  • Jeanne M. Blasberg a fait carrière dans le monde de la finance avant d’écrire Eden, un premier roman couronné de succès et lauréat de nombreux prix.
  • Elle partage son temps entre Boston et Westerly, dans le Rhode Island.
  • Son prochain roman, The Nine, sortira en août en version anglaise (Jeanneblasberg.com).

EXTRAIT

Eden, Jeanne M. Blasberg, Éditions Les Escales, 410 pages
Photo courtoisie
Eden, Jeanne M. Blasberg, Éditions Les Escales, 410 pages

« Becca étendit la jambe du côté du lit qu’avait occupé Dan et éprouva la fraîcheur des draps. Il lui fallait toujours plusieurs secondes pour se rappeler qu’il était parti. Son moral chuta encore d’un cran quand elle repensa à la conversation de la veille avec le comptable. Elle se cacha le visage sous un oreiller. Dan avait été un époux aimant, mais comment avait-il pu être aussi irresponsable ? »

– Jeanne M. Blasberg, Eden, Éditions Les Escales