/weekend
Navigation

Enjeux de société

Coup d'oeil sur cet article

L’Usine C vient tout juste de lancer sa nouvelle saison, et pas moins de treize productions, dont neuf pièces de théâtre, seront présentées. Ce sont surtout des voix qui évoquent divers enjeux de société, dont l’environnement et les injustices sociales, que les créateurs ont souhaité véhiculer.

Le marteau et la faucille

Photo courtoisie, Simon Gosselin

Cette pièce du célèbre auteur américain Don DeLillo, qui sera présentée en première canadienne et qui s’est fait remarquer au Festival d’Avignon, dénonce le capitalisme où l’humain passe au second plan. En solo, on retrouvera Julien Gosselin, acteur qui s’est fait connaître en portant sur scène diverses œuvres de Houellebecq. « C’est un acteur formidable », lance d’emblée Danièle de Fontenay, directrice artistique et codirectrice géné­rale de l’Usine C. Dans cette pièce produite en collaboration avec l’Université de Princeton aux États-Unis, on suit un ex-trader désormais résident d’une prison pour cols blancs.

► Les 24 et 25 septembre 2019

Cuckoo

Photo courtoisie, Radovan Dranga

Auparavant présentée dans le cadre du dernier FTA, Cuckoo est l’histoire à caractère biographique d’un jeune homme de la Corée du Sud exilé à Bruxelles. « On y raconte la crise économique qui sévit dans ce pays depuis 1997. D’ailleurs, la Corée du Sud est l’endroit dans le monde qui compte le plus haut taux de suicide des pays développés », fait remarquer Danièle de Fontenay, cofondatrice de l’Usine C. Avec tristesse et humour, l’artiste Jaha Koo prend la parole dans ce docu-théâtre pour nous en apprendre plus sur une dure réalité. La pièce est présentée en coréen avec surtitres en français.

► Du 12 au 14 février 2020

Atteintes à sa vie

Photo courtoisie, Jérome Battaglia

Une autre pièce émouvante et criante de vérité attend les spectateurs de l’Usine C, cette fois de l’auteur britannique Martin Crimp, avec une mise en scène de Philippe Cyr. « C’est la violence du regard des autres projeté sur soi qui peut être très destructeur », révèle Danièle de Fontenay. Une pièce contemporaine qui s’annonce perverse.

► Du 24 au 28 mars 2020

Tom na Fazenda

Photo courtoisie, Ana Cliuda

Au printemps prochain, on pourra assister à une pièce de Michel Marc Bouchard. « C’est une pièce très forte, montée par des Brésiliens », annonce la directrice artistique qui a vu la pièce au FTA l’année dernière. « On y fait référence à l’homophobie, car le Brésil est l’un des pays où l’on compte le plus de crimes homophobes. » La pièce est émouvante au point de vous tirer une larme.

► Du 3 au 8 mars 2020

On surveille

Cosmic Love
Photo courtoisie, Mathieu Ducarme
Cosmic Love

Parmi les autres pièces de théâtre à ne pas manquer, soulignons le théâtre documentaire J’aime Hydro de Christine Beaulieu, qui reviendra dans sa version intégrale (3 h 45) pour neuf représentations à compter du 10 septembre. On surveille également le collectif L’orchestre d’hommes-orchestres avec la pièce Kitchen Chicken en octobre.

En janvier, ce sera au tour de la metteuse en scène Brigitte Haentjens de montrer son savoir-faire avec la pièce Sang, de l’auteur suédois Lars Norén, où deux militants socialistes s’opposent à la dictature de Pinochet. La pièce présentée en première mondiale met en vedette Christine Beaulieu, Alice Pascual, Sébastien Ricard­­­ et Émile Schneider.

Quant aux spectacles de danse qui figurent toujours dans la programmation, celui de la chorégraphe Clara Furey, Cosmic Love, ­présenté en décembre, est des plus prometteurs.