/opinion/columnists
Navigation

L’Amazonie brûle-t-elle?

Coup d'oeil sur cet article

Les feux de forêt en Amazonie opposent deux vieux camps rivaux : le camp de ceux qui croient que le droit de faire du fric prime sur tout et celui de ceux qui estiment que le développement sans contraintes nuit au bien-être des humains.

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, appartient au premier groupe. Les dirigeants du G7, à l’exception de Donald Trump, appartiennent au second camp. Bolsonaro a fait des déclarations malhabiles qui ont attiré l’attention sur les incendies dans la forêt amazonienne. Mais les déclarations d’Emmanuel Macron sont alarmistes, même si le problème de la déforestation et de son impact sur le climat est bien réel.

1. Quelle est la situation des feux en Amazonie ?

Les feux en Amazonie sont plus considérables que ceux de l’année dernière : de 85 % au Brésil, mais de 104 % au Pérou, de 114 % en Bolivie, de 120 % en Guyane française et de 128 % au Suriname. Ils ont diminué de 56 % en Équateur et de 13 % en Colombie. Le phénomène est donc loin d’être unique au Brésil. Par ailleurs, les émissions de CO2 du Brésil en 2004, 2005, 2007 et 2010, pendant la même période, ont été plus importantes que celles observées aujourd’hui, ce qui laisse supposer que les incendies de forêt étaient plus étendus ces années-là. Jusqu’à présent cette année, au Brésil, 75 000 feux ont ravagé 3500 km carrés de forêt, soit moins de 0,1 % de la superficie de l’Amazonie brésilienne. Enfin, la forêt amazonienne ne produit que quelques pour-cent de l’oxygène de la planète, et cet oxygène est réabsorbé localement.

2. Quelle est la position de Jair Bolsonaro ?

Bolsonaro a déclaré que plusieurs personnes étaient soupçonnées d’avoir allumé des feux, dont des environnementalistes. Il estime que des groupes environnementaux tenteraient ainsi de discréditer ses politiques très favorables au défrichage et à l’exploitation des ressources minières de l’Amazonie.

3. Quelle est la position des dirigeants européens ?

Macron s’est ému des incendies qui ravagent l’Amazonie. Il est allé jusqu’à déclarer que le « poumon de la planète » était en train de brûler. Plusieurs dirigeants européens évoquent la possibilité de bloquer les importations en provenance du Brésil pour stopper les politiques de Bolsonaro.

4. Que faut-il conclure des chiffres sur les incendies en Amazonie ?

Les chiffres montrent que la recrudescence des feux dans la forêt amazonienne n’est pas nécessairement liée aux politiques de Bolsonaro, même si la déforestation augmente les risques d’incendie en affaiblissant la forêt. Ils montrent que les incendies sont probablement liés au réchauffement climatique. Les chiffres indiquent aussi que, contrairement à ce qu’affirme Macron, ces incendies ne font pas brûler « le poumon de la planète ». Macron cherche avec ce genre de propos à gonfler son bénéfice politique. Par ailleurs, les positions de Bolsonaro sont outrancières. Se préoccuper de l’environnement de la planète n’a rien d’une attitude néocoloniale, comme il en accuse Macron. C’est qu’à l’instar de Macron, Bolsonaro cherche aussi à faire augmenter son bénéfice politique. Il faut cependant reconnaître que les politiques de Bolsonaro contribuent à détruire l’exceptionnelle diversité de l’Amazonie.

5. Le gouvernement brésilien va-t-il renforcer sa protection de l’environnement ?

Probablement pas. Pas davantage que les autres pays qui partagent la forêt amazonienne. Il serait étonnant que le G7 parvienne à s’entendre là-dessus, d’autant plus que Trump n’est pas connu pour ses positions en faveur de l’environnement. Le problème devrait plutôt être discuté dans les grands forums sur l’environnement.