/weekend
Navigation

Qui est Jackie Kai Ellis?

Qui est Jackie Kai Ellis?
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Avant d’ouvrir ce livre, je ne savais rien de Jackie Kai Ellis. Sur Google, on dit qu’elle a fermé son bureau de designer à Vancouver pour aller étudier la pâtisserie à Paris. Un simple coup de tête ?

En tout cas, voilà une étrange décision qui a piqué ma curiosité. Cela donne un livre tout aussi étrange, rempli de souvenirs et de mises à nu, empreint d’une douce inquiétude et parsemé d’une douzaine de recettes d’origines diverses. Une lecture recommandée avant le début des hostilités, lorsque les élections seront officiellement déclenchées, en septembre.

D’emblée, l’auteure, d’origine chinoise, manifestement dépressive, questionne Google sur les « moyens de se suicider sans douleur ». Son mari, nullement surpris, lui conseille de consulter une psychologue. Celle-ci lui demande de signer un contrat, où elle renonce au suicide pendant la durée de la consultation, soit un an, ce que l’auteure accepte, un peu contrariée. Je suis médusé.

Après une valse-hésitation entre la vie et la mort, elle prend finalement le pari de se « débarrasser de cette vie méprisable et de vouloir gaspiller [sa] vie à vivre ». Les biscuits aux brisures de chocolat semblent le remède idéal à sa dépression et elle nous livre tout de go sa recette préférée dudit biscuit, « moelleux et fondant au centre, mais caramélisé et croustillant en surface ». Tentant.

Veillant jour après jour sur sa grand-mère mourante, elle se souvient des dumplings au porc et à la ciboulette, « une entreprise d’une journée entière qui commençait par une visite au marché pour acheter du chou chinois, de la viande, des crevettes, de la ciboulette et de la coriandre ». Toute la famille se mettait à la tâche pour fabriquer ce mets délicat qui nécessite beaucoup de patience et de précision. Et Ellis de nous livrer sa recette familiale « développée sur de nombreuses générations ». Y compris sa recette de la sauce d’accompagnement. Appétissant.

Pour déjouer sa mère qui interdisait à ses enfants de consommer des sucreries à la maison car elle craignait l’effet néfaste du sucre sur le développement du cerveau des enfants, Jackie lui propose de confectionner des muffins aux bleuets et des gâteaux aux carottes, dans lesquels il faut nécessairement du sucre. Sa recette de gâteau aux carottes avec glaçage au fromage à la crème semble tout simplement délicieuse.

Ellis rencontrera celui qui deviendra son mari dans le bureau de design où tous deux travaillent. Même si sa mère et sa sœur s’opposent à son mariage, entre autres parce que le futur époux « ne baisse pas le siège de la toilette », Ellis se mariera tout de même dans la plus pure tradition chinoise, devant 350 invités, avec un voyage de noces en Grèce.

Une obsession

Mais peu à peu, elle perdra sa personnalité au profit de celle de son mari. « Je me tournais vers mon mari pour combler le vide dans ma tête qui aurait dû être occupé par mes opinions. » Elle acceptait toutes les suggestions de son mari. Elle dut se résigner à ne pas avoir d’enfant parce que celui-ci n’en voulait pas. Elle mènera donc une petite vie rangée, rêvant de soubresauts qui ne viennent jamais, comme une sabbatique en Europe ou l’achat d’un vignoble. Sa recette de salade de patates au saumon fumé confit est née d’un voyage dans le nord de la Colombie-Britannique. Aucun rapport avec ce qui précède mais elle vaut la peine d’être essayée, ne serait-ce que pour son association avec le saumon fumé.

Elle avoue son obsession des pâtisseries, « cette activité qui faisait partie intégrante » de sa vie. Aussi, ouvre-t-elle une pâtisserie à la maison et ira vendre ses produits sucrés dans les centres commerciaux. Heureux prétexte pour nous livrer sa recette de barres aux noix de macadamia, aux parfums de beurre et de cannelle. Croustillant.

Qui est Jackie Kai Ellis ? J’ai l’impression maintenant de la connaître à travers aussi bien ses recettes sucrées que sa quête d’elle-même. Depuis, Ellis a ouvert une pâtisserie à Paris et une à Vancouver. Son désir de nous faire partager sa passion de la pâtisserie est une réussite totale. Curieux ouvrage tout de même.

À lire aussi

L’espion et le traître, Ben Macintyre, Éditions de Fallois
Photo courtoisie
L’espion et le traître, Ben Macintyre, Éditions de Fallois

Une histoire traditionnelle d’espion russe appartenant au KGB qui est « retourné » par le M16 britannique. Pendant une douzaine d’années, cet agent du KGB a fourni aux Britanniques des renseignements importants sur « le système de pensée du Kremlin pendant une période particulièrement tendue entre les deux blocs ». James Bond n’est pas loin. Une histoire vraie qui ne dévoile cependant qu’un seul côté de la médaille.

Dans les flammes de Notre-Dame, Sébastien Spitzer, Éditions Albin Michel
Photo courtoisie
Dans les flammes de Notre-Dame, Sébastien Spitzer, Éditions Albin Michel

Vous vous en souvenez, c’était en avril dernier. La cathédrale Notre-Dame-de-Paris était la proie des flammes et on voyait, à la télé, des images désolantes où de grands pans de l’histoire religieuse s’envolaient en fumée. L’incendie du siècle, très certainement. L’auteur, journaliste, nous livre, heure par heure, le récit du combat de ces pompiers qui, pendant une nuit entière, ont risqué leur vie pour sauvegarder une partie du patrimoine mondial. « Les grands périls ont cela de beau qu’ils mettent en lumière l’âme d’un peuple. »

Utopies  provisoires/ Essais de  politique sociale, Alain Noël, Éditions Québec Amérique
Photo courtoisie
Utopies provisoires/ Essais de politique sociale, Alain Noël, Éditions Québec Amérique

De la part d’un professeur de science politique sérieux, se faire dire que tout ne va pas si mal qu’on le laisse entendre, que pour les jeunes adultes d’aujourd’hui, « la situation apparaît même très favorable », malgré la dégradation de l’environnement et les changements climatiques, que selon le PIB du Québec, en 2016, le Québec se situe dans les 25 pays les plus riches de la planète, a de quoi réjouir. Bien sûr, beaucoup reste à faire, selon l’éminent professeur, mais on peut être « optimiste quant à la nature humaine et quant à nos capacités collectives de faire mieux et de vivre plus dignement ». C’est à un vaste brassage d’idées que nous invite cet ouvrage.