/news/society
Navigation

Dans nos archives: une médaille d’argent célébrée en grand il y a 15 ans

Marie-Helene Premont
Photo d’archives Marie-Hélène Prémont était rentrée à Québec au lendemain de sa deuxième position à la course olympique. Un bruyant et festif comité d’accueil attendait l’athlète.

Coup d'oeil sur cet article

Le 27 août 2004, il y a 15 ans, Marie-Hélène Prémont remportait la médaille d’argent lors de l’épreuve féminine de vélo de montagne aux Jeux olympiques d’Athènes, en Grèce.

« Marie-Hélène Prémont n’avait qu’une idée en tête lorsqu’elle s’est présentée dans les montagnes grecques : un départ rapide qui l’empêcherait de rester prise dans les bouchons et qui lui permettrait de gravir les marches du podium olympique. »

Son plan était le bon. À peine 59 secondes après la championne norvégienne, l’indestructible Gunn-Rita Dahle, l’athlète de 26 ans de Château-Richer a alors franchi la ligne d’arrivée le poing droit en l’air avec un incroyable sourire d’argent.

« Première médaille pour la région », titrait alors Le Journal de Québec à 48 heures de la cérémonie de clôture.

Marie-Helene Premont
Photo d'archives, Alain Lesieur

« C’est un des plus beaux jours de ma vie », a lancé Prémont après un départ canon et une course impeccable. Triomphante, la cycliste était revenue à Québec dès le lendemain.

Marie-Helene Premont
Photo d'archives, Alain Lesieur

« De la parole aux actes »

« Dans mon patelin de Château-Richer, une expression dit qu’il faut que les bottines suivent les babines. Marie-Hélène est passée de la parole aux actes », avait confié le père de la médaillée au défunt collègue Albert Ladouceur, sur place, à Athènes.

Le hasard a voulu que le 15e anniversaire de cette médaille se fasse pendant les Championnats du monde de vélo de montagne UCI qui accueillent actuellement la crème de la crème internationale au Mont Sainte-Anne.

« La médaille est cachée dans une garde-robe ! », a confié en riant la pharmacienne de 41 ans, mère de deux jeunes enfants. Pour maintenir la forme, le jogging, qui exige moins de temps, a remplacé temporairement le vélo dans son horaire.

– Texte et recherche : Jean-François Racine et Stéphane Doré