/sports/tennis
Navigation

Eugenie Bouchard et Félix Auger-Aliassime sont prêts pour le US Open

SPO-TEN-WTA-ROGERS-CUP-TORONTO---DAY-4
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Eugenie Bouchard sera la première représentante du Canada à s’élancer sur les courts des Internationaux des États-Unis lorsqu’elle affrontera la Lettonne Anastasija Sevastova au premier tour, lundi avant-midi.«Je joue à 11 h du matin et je dois être bien réveillée. Je ne suis pas matinale, donc ça va prendre un café, a mentionné Bouchard au réseau TSN. Sevastova a eu du succès lors de ce même tournoi par le passé. Elle a un style de jeu assez mixte; elle coupe la balle, elle frappe des balles hautes et je sais qu’elle peut être agressive.»

Bouchard, classée 119e au monde, se frottera à une adversaire de taille en Sevastova. Cette dernière sera la 12e tête de série à New York et a gagné l’Omnium Baltique de Jurmala plus tôt en juillet.

Six autres Canadiens participent au tournoi cette année. Appelée à réagir sur ce nombre, Bouchard s’est dite heureuse de côtoyer plus de compatriotes, année après année.

«C’est intéressant parce qu’il y a quelque temps, j’étais la seule Canadienne bien classée. C’est amusant de fréquenter plus de Canadiens. C’est comme si on représentait notre pays. Il y a ce sentiment d’équipe. On s’approche tranquillement du niveau des Espagnols, des Russes et des Américains qui ont tellement de bons joueurs», a déclaré Bouchard.

Auger-Aliassime et Shapovalov : prise 2

 

SPO-TEN-WTA-ROGERS-CUP-TORONTO---DAY-4
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

L’an dernier, le Québécois Félix Auger-Aliassime avait dû se retirer du «US Open» en raison de palpitations au cœur, au moment où il livrait bataille à son grand ami Denis Shapovalov. Coup du sort, les deux Canadiens s’affronteront à nouveau au premier tour, mardi.

«C’est sûr que ce n’est pas un bon souvenir, mais je suis rapidement passé à autre chose, s’est remémoré Auger-Aliassime en entrevue à TSN. Je n’aurai pas d’arrière-pensée lorsque je mettrai les pieds sur le "Grandstand". Je me souviens d’avoir été très émotif parce que je n’avais aucun contrôle sur la situation et que je voulais terminer le match.»

Bien des choses ont changé depuis cette confrontation de l’an dernier. Fêtant tout juste ses 18 ans, Auger-Aliassime avait dû passer par les qualifications avant de faire face à Shapovalov. Il y a un an, le Québécois était 116e joueur mondial. Il pointe désormais au 19e échelon.

«Cette année, je suis un joueur totalement différent, croit le Québécois. C’est un tournoi différent pour moi et j’ai un classement très différent.»