/opinion/blogs/columnists
Navigation

L'époque des « bons » immigrants...

Les «donneurs de leçons» n’ont pas toujours été des anges, vous savez.

L'époque des « bons » immigrants...
PAUL CHIASSON/PRESSE CANADIENNE

Coup d'oeil sur cet article

Les donneurs de leçons n’ont pas toujours été des anges, vous savez.  

  

L'époque des « bons » immigrants...
CAPTURE D'�CRAN TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

« Vous soufflez sur les braises de l’intolérance... »  

On se souvient de cette accusation, outrancière, lancée à l’Assemblée nationale par le premier ministre Philippe Couillard au chef de la CAQ François Legault. Pourquoi donc? M. Legault avait-il fait un commentaire raciste? Homophobe? Mais qu’avait bien pu faire de si grave le chef de la CAQ pour se mériter pareille charge?   

François Legault avait soulevé la possibilité qu’on puisse réduire le seuil des immigrants que reçoit le Québec.    

Oui, oui.    

Selon le chef du Parti libéral du Québec et premier ministre, cela était passible d’une charge d’intolérance. Car le PLQ tient beaucoup, beaucoup à ce que ces seuils demeurent élevés. Le Conseil du patronat aussi d’ailleurs.   

On doit le noter, le Québec fait amplement sa part, et depuis longtemps. Au prorata de sa population, le Québec accueille plus que la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne. Le Québec est une terre d’accueil et un socle d’immigration, somme toute, réussie. Quoiqu’en disent les « donneurs de leçons »; ces spécialistes de l’accusation d’intolérance envers la nation.   

Accueillir au rythme que le fait le Québec, nation francophone très marginalisée sur le continent, et dont le combat pour le maintien de sa langue et sa culture est, pour ainsi dire, permanent, doit se conjuguer aux impératifs d’intégration. Or, pendant la quinzaine d’années libérales, cette intégration a beaucoup souffert.    

La vérificatrice générale avait d’ailleurs sonné l’alarme! La francisation est un échec. Et immigrer au Québec sans souci de la langue est problématique.    

La logique du chef de la CAQ était défendable; lever un peu la pédale sur les seuils d’immigration et corriger ce qui est manifestement cassé. On peut bien être en désaccord avec le principe, mais cela valait-il à ce parlementaire les foudres de l’intolérance de la part du PM de la nation?    

Bien sûr que non.   

Les Québécois ont tranché cette question en quelque sorte. Le plus antinationaliste PM de l’histoire du Québec a recueilli le pire score pour les libéraux depuis 1867. Assez de ces « donneurs de leçons », de ces moralisateurs qui veulent réduire au silence les préoccupations, légitimes, de plusieurs Québécoises et Québécois quant aux questions du vivre-ensemble, de la langue, etc.   

  

Les bons immigrants  

On rappellera à ces « donneurs de leçons » qu’ils devraient se regarder dans le miroir d’ailleurs. Il fut en temps, pas si lointain, où ils ne se gênaient pas pour établir une distinction très claire entre les « bons immigrants » et les indésirables.    

Ces champions de « l’inclusion et de la diversité » avaient une conception très obtuse de l’immigration pour le Québec : c’est le Canada qui vous accueille et garde à ceux qui pourraient être tentés, une fois arrivés au pays, de trouver quelque sympathie que ce soit envers le nationalisme ou l’indépendantisme québécois.   

Parlez-en à Osvaldo Nunez, immigrant d’origine chilienne qui a été député pour le Bloc québécois à Ottawa. Il a subi maintes fois les charges carrément racistes de ses adversaires politiques. Lui qui s'est fait dire, carrément, «d'aller dans un autre pays» par le ministre libéral Doug Young en pleine Chambre des communes!    

D’ailleurs, au micro d’une radio privée de Montréal, après le référendum de 1995, l’ex-député libéral Christos Sirros n’avait-il pas affirmé, le plus sérieusement du monde, que « le désir d’indépendance des Québécois allait s’éteindre avec l’immigration »...   

Cette instrumentalisation de l’immigration n’est-elle pas, en soi, une manifestation d’intolérance justement?    

  

L'époque des « bons » immigrants...
Photo d'archives, Michaël Nguyen

Voilà à quoi j’ai pensé en prenant connaissance du reportage biaisé de Radio-Canada à propos de cette enseignante d’origine sikhe dont le titre insinuait de « Fuir le Québec ». Encore une fois, ces « donneurs de leçons » qui insinuent que le Québec est terre d’intolérance, car il a choisi, légitimement, démocratiquement –quoiqu’imparfaitement, disons-le - le chemin de la laïcité institutionnelle.   

« Fuir le Québec », comme si cette jeune dame avait le gun sur la tempe. Pas un mot cependant sur cet autre intégrisme, éminemment identitaire, celui du rigorisme religieux.    

N’y a-t-il pas plus « identitaire » que de conditionner tous ses rapports à autrui, à l’ensemble, à l’espace sociétal, qu’en seule fonction de son identité religieuse?    

Et ça nous fait la leçon, continuellement.    

Je dis ça de même... Il faudra peut-être se questionner, à un moment donné, sur la conséquence délétère sur le climat social du fait d’insinuer, continuellement, que ce choix démocratique de la majorité des Québécoises et des Québécois tient, implicitement, de l’intolérance...