/sports/soccer/impact
Navigation

Patrice Bernier de retour avec l’Impact pour apprendre

Patrice Bernier
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Patrice Bernier

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Comme plusieurs partisans de l’Impact de Montréal, Patrice Bernier a été surpris quand il a reçu l’appel de Kevin Gilmore qui lui apprenait le départ de Rémi Garde. Il n’a toutefois pas hésité lorsque le président et chef de la direction lui a offert le poste d’entraîneur-adjoint.

Ayant disputé son dernier match avec le Bleu-Blanc-Noir le 17 octobre 2017, Bernier s’est rapidement joint au personnel d’instructeurs de l’Académie. Il estime d’ailleurs que ce passage avec les jeunes du club lui a permis de se préparer pour la Major League Soccer (MLS). Le Québécois veut maintenant poursuivre sa courbe d’apprentissage aux côtés de Wilmer Cabrera.

Patrice Bernier
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

«J’ai eu une bonne préparation [avec mon passage avec l’Académie], a dit Bernier, dimanche, après l’entraînement public de l’équipe. J’ai appris ce qu’était le monde du "coaching". Je suis d’ailleurs très reconnaissant envers [le directeur de l’Académie] Philippe Eullaffroy. C’était une belle plateforme pour apprendre. Tu vois aussi comment travailler avec un groupe, puis comment communiquer ton message et tes idées.»

«Quand il y a eu des changements, il y avait une opportunité d’aider le club, alors pourquoi pas? J’ai sauté sur l’occasion, c’est un nouveau défi.»

Un pas à la fois

Avec Cabrera, ce sont maintenant six entraîneurs qui se sont succédé à la tête de l’Impact depuis que l’équipe a amorcé son parcours en MLS en 2012. Le nouveau venu aura donc fort à faire pour s’imposer comme l’homme de la situation pour un long moment.

Avec sa progression, sa connaissance du marché et de la MLS, puis le respect qu’il a su mériter auprès des joueurs et des partisans, Bernier pourrait lui aussi, un jour ou l’autre, hériter de ce fardeau. Mais pour l’instant, il est bien loin de se concentrer sur cette possibilité.

«Le futur... je ne savais même pas que j’allais être entraîneur-adjoint [il y a quelques jours]!», s’est exclamé l’ancien numéro 8 du onze montréalais.

«Je suis juste ici jusqu’à la fin de la saison. On verra ce qui va arriver après. Présentement, je veux aider le club. Si [le poste d’entraîneur-chef] arrive, ce sera à un autre moment. Là, je veux aider le "coach" pour atteindre nos objectifs.»

Rôle semblable

Bernier a d’ailleurs discuté de son rôle au sein du groupe d’entraîneurs avec Cabrera, qu’il a déjà affronté lorsque celui-ci était à la barre du Dynamo de Houston, de 2017 à 2019. Il estime que son rôle sera semblable à celui qu’il avait avec l’Académie. Il a ajoutera malgré tout un peu de repérage à ses responsabilités.

«Il n’y a rien qui change. Comme je le dis souvent, les professionnels, ce sont des enfants qui sont payés. J’étais comme ça aussi. Le développement n’arrête pas. On a beaucoup de jeunes joueurs et il y a toujours des détails à travailler.»

«Également, vu que je suis un ancien joueur, je connais pas mal de joueurs dans la ligue, donc ce sera d’apporter des informations qui vont aider Wilmer et les joueurs à mieux se préparer.»